Derniers articles

boutique hérault
Affichage des articles dont le libellé est Politique. Afficher tous les articles

Analyse financière de la commune : debunkage



Comme c’est la mode de s’autoproclamer expert en comptabilité publique à l’aide d’un simple tableur Excel, et bien justement… on ne va pas le faire ! Trop plagiat ! En plus, on n’est pas à la retraite avec le temps disponible à s’inventer une seconde vie d’adjoint aux finances pour se faire mousser dans notre entourage en jouant à l’opposant masqué au Maire de Pérols.

Pour aller à l’essentiel, on a donc cherché la définition de la "bonne gestion financière" d’une commune. Réponse : il n'y en a pas ! C’est comme la conduite en voiture ; tant que tu respectes le code, tu coches la case. Certains roulent nerveux, d’autres pépères. En la matière, l’équipe municipale n’a pas été épargnée par les contrôles intempestifs (sur dénonciation de l’opposition) avec un rapport de la chambre régionale d’Occitanie en 2017, et un courrier du bureau des finances de la préfecture en janvier 2022. Pas de sanctions, juste "des recommandations" et un "constat de conformité … sans déséquilibre particulier". Circulez, y a rien à voir !

« Et les 36% d’augmentation d’impôts en 2016 ? » s’égosillent les juges auto-proclamés du parquet financiers de Pérols. C’est juste oublier que le Maire n’a pas augmenté les impôts en 6 ans (il a même baissé les taux en 2019). A choisir entre une augmentation de 6% par an sur 6 ans, ou une de 36% sur 1 an, le Maire a préféré la 2nd solution pour régler immédiatement la situation financière au bord du gouffre (pénurie de trésorerie + Capacité d’autofinancement négative) trouvée à son arrivée en 2014. Sans oublier que la question a été tranchée par les électeurs en 2020, à moins d’être antidémocrate.

Dans la même veine, difficile de reprocher au Maire d’avoir recours à l’emprunt cette année pour se donner des marges de manœuvres afin de financer un programme de construction, lui qui n’a rien pu entreprendre dans ce domaine lors de son 1er mandat avec les déficits à juguler. À écouter les rageux, il devrait se contenter de faire des économies en gérant les affaires courantes, le meilleur moyen de pourvoir ensuite l’accuser aux prochaines élections de laisser Pérols dans l’immobilisme. Le recours à l’emprunt actuellement est même plutôt judicieux avec un taux d’intérêt historiquement bas. Pour info, il a déjà remboursé l’emprunt du Maire précédent.

Enfin, concernant les dépenses de fonctionnement tant décriées, elles affichent en réalité une prévision de baisse de 6,58% (la plus forte baisse depuis 2014). Et si d’aventure, elles masquent dans son détail une augmentation des dépenses pour les festivités et animations, on s’en félicite à Pérolsblog, tellement on souscrit à l’idée de faire de la commune un bastion festif de la Métropole plutôt qu’une citée tordoir pour personnes aisées.



Recevez le prochain article du blog par mail

---------- Pérols ----------
CONNAITRE -   UTILE -   SORTIR
CARTES -  PHOTOS
[...] Lire l'article en entier

De quoi a parlé notre Maire au Président de la République ?

 Macron à Pérols

Quand notre maire profite d’une opportunité offerte par la Métropole pour sensibiliser le Président de la République aux problématiques de notre commune.

C’est dans le cadre de sa délégation à la police des transports que le Président de la métropole, Michaël Delafosse, avait convié notre Maire pour évoquer la sécurité locale, thème de déplacement du chef de l’état à Montpellier. Preuve, une nouvelle fois, que la Métropole n’est pas une servitude mais un porte-voix au bénéfice des pérolien(nes).

Dans les salons de l’aéroport de Montpellier, avant son départ, le Président de la République a écouté avec attention les doléances de notre Maire sur des sujets propre à notre commune sur trois thèmes majeurs :
  • - La baisse dramatique de la dotation de l’état à la commune alors que les infrastructures publiques deviennent plus contraignantes (Arena, Parc expo, futur Stade, entretien des voies de circulation,…),
  • - Les amendes injustes pour la carence de logements sociaux face à la limite d’espace constructible nécessaire à la préservation de notre environnement,
  • - L’harmonisation et le financement des différents acteurs de la sécurité pour une police des transports à l’échelle de la Métropole (4 stations desservent notre commune).

Le Président de la République s’est montré attentif, acquiesçant même sur certains points. 

Notre Maire ne s’est pas contenté d’une simple plaidoirie, il a profité de l’occasion pour remettre un dossier complet aux services présidentiels, au grand étonnement des participants surpris par l’opiniâtreté de ce Maire engagé pour son territoire.

Le job a été fait, Pérols est dorénavant dans les petits papiers de l'Elysée !




Recevez le prochain article du blog par mail

---------- Pérols ----------
CONNAITRE -   UTILE -   SORTIR
CARTES -  PHOTOS

[...] Lire l'article en entier

Mois d’août historique pour Pérols

Loi de transformation de la fonction publique du 7 août 2019

Grâce à Pérols, une loi française a été modifiée. Le législateur aurait pu l’appeler : loi "Pérols".

Une modification qui date d’un an, mais dont l’application est entrée en vigueur ce mois-ci. Pas à n’importe qu’elle date puisque c’était le 7 août dernier, jour anniversaire du Saint Patron de Pérols (Saint Sixte II). Les superstitieux et croyants y verront un signe évident.

Tout est parti d’une procédure de justice administrative initiée par le maire de Pérols depuis son élection en 2014 contre ce "fonctionnaire fantôme" qui ne travaille plus depuis 14 ans mais continue à être payé (déjà 650 000 euros à la charge du contribuable pérolien, selon les propos du Maire au dernier Conseil Municipal) à cause d’une réglementation ubuesque. 

Une persévérance coûteuse (défaite en 1ère et 2ème instance) mais au final a eu les faveurs du Conseil d’Etat à travers la loi de transformation de la fonction publique du 7 août 2019 (applicable le 7 août 2020) permettant, en autres, de licencier un fonctionnaire sans affectation depuis 10 ans.

Bilan : 350 000 euros économisés par notre commune de reste de salaires à devoir sur les prochaines années à ce fonctionnaire. Et des économies dans beaucoup d'autres communes de France.

Malheureusement pas de nom à cette loi mentionnant Pérols pour la postérité.

--------- Pérols ----------

[...] Lire l'article en entier

Municipales : décryptage du 1er tour à Pérols

Municipales 2020 à Pérols

Un scrutin marqué par un record de l’abstention à Pérols avec 3933 voix dans la nature (le précédent record était de 3930 lors des Européennes 2014). L’effet Coronavirus a bien eu lieu aussi chez nous.

Une abstention qui n’explique pas l’effondrement du RN dans notre commune, passant d’une moyenne de 1200 voix (des 5 derniers scrutins) à 210 ! ! ! A l’image des communes voisines, le RN a du mal à percer sans un candidat imposant sa présence et sa notoriété sur le terrain. Les thèmes nationaux de l’insécurité et de l’immigration clandestine, préoccupations majeures de cet électorat, n’ont pas étaient prépondérants non plus dans sa communication.

Le grand enseignement de ce scrutin est l’encrage d’un électorat favorable au maire autour d’un noyau dur très bien mobilisé. La grande question reste de savoir qu’elles sont ses réserves dans la part de l’augmentation des abstentionnistes due à la crise sanitaire actuelle. Une réserve nécessaire pour contrer un report de voix sur ses adversaires, dans un éventuel second tour avec moins d’éparpillement.

A ce titre, la question fondamentale des partisans du maire risque malheureusement de ne pas trouver réponse à cause de la très probable annulation du second tour : celle d’une alliance subodorée entre les deux opposantes arrivées en 2nd (Gianiel) et 3ième (Prost) position. En effet, beaucoup pensent que l’entrisme de SOS Pérols dans les deux listes était une manœuvre sournoise pour favoriser une alliance secrète. 

Notons la petite percée de la liste de madame Prost qui profite le mieux du contexte actuel de "Greenwashing" politique, tout en fédérant pleinement l’électorat de gauche de la commune.

Résultats :
Votants : 49.4 % (dont Nuls/Blancs : 2,3%)
Abst : 50.5%
-----
RICO : 43.01%
GIANIEL : 29.12%
PROST : 22.29%
WASELYNCK (RN) : 5.59%
--------- Pérols ----------
CARTES - PHOTOS

L’exercice du droit de réponse est accessible à travers la fonction "Commentaires" en bas de chaque article en respect du Décret n°2007-1527 relatif au droit de réponse applicable aux services de communication au public en ligne.
[...] Lire l'article en entier

Municipales : SOS Pérols comme courte échelle

SOS Pérols

Il y a un homme qui se promène dans Pérols avec la banane : c’est Jean Paul Brossard, l’ancien fondateur de SOS Pérols démissionnaire après avoir dénoncer, courant 2017, la récupération politique de son association par deux figures locales accros à la notoriété (>> voir article de l’Agglorieuse). En effet, l’histoire vient de lui donner raison à la faveur d’un règlement de compte sur les réseaux sociaux.

Présentation des duellistes : 

- A ma droite : Georges Elkaim, ancien président de SOS Pérols, dominé par des rancunes personnelles notoires contre le maire actuel (l’admonestant par le tutoiement en réunion public, le 11/9/2018) au point de trahir sans vergogne sa parole de ne jamais figurer sur « aucune liste ! » aux élections - sous-entendu contre le Maire -  dans un entretien vidéo d’Agglo TV. Il est actuellement sur la liste d’UNIR PEROLS ! ! !

- A ma gauche : Laurent Taton, ancien porte-parole de SOS Pérols, spécialiste de l’agit-prop, incapable de tenir sa promesse de ne plus animer la page Facebook de SOS Pérols (à l’auditoire alléchant de 791 membres), qui tente à nouveau de conjurer le mauvais sort de ses multiples défaites électorales en étant l’éminence grise de la tête de liste de PEROLS DEMOCRATIE CITOYENNE. Vu au premier rang du débat public de Midi-Libre en train de mimer à son édile la conduite à tenir.

Le second accuse l’autre d’utiliser sa notoriété acquise à SOS Pérols pour sa campagne électorale ! LOL !  L'hôpital qui se fout de la charité, puissance mille ! 

Affirmer que les adhérents et sympathisants de SOS Pérols, éberlués par ce spectacle, sont les "cocus" de toute cette histoire ne serait pas objectif. Leur sincérité était authentique, elle a juste été manipulée par des ambitions certaines. Reste le bulletin de vote pour rétablir l’affront !

--------- Pérols ----------
CARTES - PHOTOS

L’exercice du droit de réponse est accessible à travers la fonction "Commentaires" en bas de chaque article en respect du Décret n°2007-1527 relatif au droit de réponse applicable aux services de communication au public en ligne.
[...] Lire l'article en entier

La démagogie sur ODE s’invite dans le débat électoral à Pérols

Anti-Ode à la Mer

Quand le débat électoral à Pérols franchit le cap de la tartuferie de façon aussi grotesque, cela en devient presque gênant pour tout le monde, un affront à l’intelligence des électeurs de la commune. Il était donc important de notre part de tenter d’inoculer un vaccin contre le "corona-mensonge".

La raison de notre courroux : l’émergence du slogan ODE = ÉCOCIDE ! ! ! Les bras nous en sont tombés ! C’est quoi la suite : une ÉCO-EXTERMINATION, un ÉCO-POGROM,… ? Bienvenue dans le monde du charlatanisme !  

Justement le projet ODE est l’inverse d’un projet anti-environnemental, mais bien au contraire un projet de requalification urbaine. On déplace de quelques centaines de mètres des commerces, actuellement sur une zone inondable que l’on restitue à la nature. Bilan : encore plus de nature à la biocénose riche, moins de risque d’inondations en aval.

Autre élément, totalement passé sous silence par la propagande démagogique, la part de "terres pleines" obligatoires imposées par le PLUI (Le plan local d'urbanisme) dans chaque nouvelle construction. Cette part oscille entre 30 et 35%. ODE ne peut y échapper ! Sur 15 hectares de l’Acte 1 du projet (Shopping Promenade), on est loin de la dalle de béton cauchemardesque !

Quant à l’argument des candidats à la mairie Montpellier « quasi-totalement » opposés à ODE, il est à l’image du reste : de la rhétorique mensongère sans nuance, ni précisions ! De la part des mêmes qui vous promettent une baisse d’impôts immédiate sur des avenirs de budgets incertains (surtout en annulant les recettes générées par ODE), rien de surprenant ! Même la liste du RN à Pérols n'y s'est pas risquée dans son programme, c’est dire !


---------- Pérols ----------

L’exercice du droit de réponse est accessible à travers la fonction "Commentaires" en bas de chaque article en respect du Décret n°2007-1527 relatif au droit de réponse applicable aux services de communication au public en ligne.

[...] Lire l'article en entier

Bingo ! Pérols N°5 en France des baisses d’impôts

Impôts à Pérols

C’est tombé hier dans les salles de rédaction via un classement publié par le plus grand quotidien de la presse régionale française : Le Parisien.

Pérols est championne d’Occitanie et N°5 en France des baisses d’impôts, avec les réductions combinées de la taxe d’habitation et celle de l’impôt sur le revenu. En moyenne cela représente environ 1500 euros d’économie pour 1200 foyers fiscaux péroliens sur 5200.

D’un côté, le taux d'imposition de la première tranche de l'impôt sur le revenu a été abaissé, profitant plutôt aux catégories moyennes de Pérols. De l’autre, la suppression progressive de la taxe d'habitation (totale en 2020) se poursuit, profitant aux catégories les plus pauvres de Pérols.

Un coup de massue sur la tête des thuriféraires de l’enfer fiscal dans lequel baignerait notre commune.

---------- Pérols ----------

[...] Lire l'article en entier

Municipales à Pérols : un débat pour rien !

Débat du Midi Libre à Pérols

Si vous vouliez apprendre des choses nouvelles, ce n'était clairement pas l'endroit où il fallait être jeudi soir à la salle Abric pour le grand débat des candidats à la Mairie de Pérols ! Encore moins si vous vouliez prendre connaissance des projets d'avenir en compétition ! 

Faux débats, vieilles querelles, avis sur les affaires courantes,... impossible de s'enthousiasmer durant les 2 heures de débat. Qu'elle vision de Pérols dans les 10 ans, qu'elles doléances auprès de la Métropole pour le prochain mandat, quels grands projets structurants... ? Pas un mot !

Pas un mot non plus sur la manière d'enrichir la commune (par contre les idées fusaient pour mieux dépenser ou moins prélever), la manière de la faire rayonner, la rendre plus attractive, apporter ce petit plus par rapport aux communes voisines qui nous conforte d'avoir fait le bon choix d'y habiter. 

Au contraire, une impression de repli sur soi, de rejet de toute idée de développement, de protectionnisme aux relents xénophobes pour se prémunir des nouveaux arrivants (sauf bizarrement pour des logements sociaux) pourtant sources de revenus et de dynamisme local. Quand un responsable du secteur immobilier pose une question sur les pistes à investiguer en matière de domaine constructible, on l'envoie se faire paître en l'accusant au passage d'être un profiteur !

Il faut dire que les sujets abordés n'avaient pas vocation à élever le débat, mais sonnaient plutôt comme des attaques à peine voilées contre le Maire actuel. D'abord celui de l'urbanisation, alors qu'il n'a rien urbanisé sous son mandat puisque tous les projets actuels avaient été votés par son prédécesseur ! Ensuite celui sur la ZAD du Méjean, qui constitue juste une partie de la réserve foncière naturelle de la commune, afin de tendre une perche aux opposantes sur la polémique des antennes relais. Enfin celui de la fiscalité, histoire d'en remettre une couche sur les 36% de hausse, en omettant de signaler les baisses des années suivantes.

À Perolsblog, on a souri quand le journaliste a présenté le Maire comme un ancien cadre d’une multinationale, façon "World Compagny" (tandis que sa concurrente a eu le droit au "Grand groupe" moins péjoratif).

On a souri quand Madame Gianiel s’est dit plus « légitime » ( ! ! !) à parler des antennes relais, façon "Mais... vous pouvez paaaaaaas comprendre ! "

On a souri quand Madame Prost a parlé de « écocide » pour le projet Ode, façon Greta à l’ONU.

Mais surtout, on a bien ri quand l’ancien Maire de Pérols dans le public a pris le micro sans se présenter, façon "La vie de m’a mère, tu sais pas qui j’suis ! "

---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Une cérémonie de vœux édulcorée

Voeux du Maire de Pérols

Pas d’annonces, pas de bilan, pas d’infos sur les projets… c’est absurde et à la limite du ridicule (puisque un mandat de maire est avant tout politique) mais c’est la loi. Interdiction donc d’utiliser la cérémonie des vœux, la veille d’une élection municipale, pour parler soi-disant "politique". 

Pas question d’offrir le moindre prétexte d’annulation du scrutin à des opposants frustrés donc ! D’autant que leur présence, ou celle de leurs observateurs en mode huissier, fut largement remarquée.

Beaucoup de monde, même trop, pour une salle trop petite en comparaison au Gymnase Colette Besson des deux années précédentes. Preuve d’un engouement certain pour cette tradition républicaine. D’après nos infos, le grand gymnase aurait été inopportun avec les polémiques récentes sur sa sécurité.

Du coup, on s’est un peu ennuyé avec un discours limité au minimum syndical et une foule trop compacte, notamment autour des buffets pour la collation.

Seule la courte confession du maire, avec un semblant de trémolos dans la voix, d’une expérience de vie forte en émotions à travers l'exercice de son mandat, aura été le temps fort.

---------- Pérols ----------

L’exercice du droit de réponse est accessible à travers la fonction "Commentaires" en bas de chaque article en respect du Décret n°2007-1527 relatif au droit de réponse applicable aux services de communication au public en ligne.

[...] Lire l'article en entier

Insécurité : les maires de Pérols et Lattes montent au créneau

Aire d'accueil des gens du voyages de Lattes

Enfin les langues se délient et la fameuse "langue de bois" prend sa fessée. Enfin des mots exacts sur des réalités concrètes que subissent nos communes au sujet des occupations illégales de squatteurs en caravanes, organisés en clans, qui imposent leur loi sans vergogne à tour de rôle sur leurs zones occupées.  

Ainsi au dernier Conseil de la Métropole, on a pu entendre de la bouche du maire de Pérols, le mot « agressée », et dans celle du maire de Lattes ceux de « invasion », « insalubrité », « insécurité totale ». 

Dommage qu’il faille attendre l’avant dernier Conseil de Métropole de cette mandature (et dernier présidé par le Président actuel) pour aborder ce sujet. Espérons qu'il prenne maintenant toute sa place dans la prochaine campagne électorale des municipales ! 

Pour le moment, aucune des 2 candidates déclarées à Pérols n’aborde ce sujet ! Mieux, elles ne traitent même pas de l’insécurité comme sujet majeur ! ! !


---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

L’indépendance de Carnon refait surface

Autonomie de Carnon

« Vieux serpent de mer », diront certains, « promesse d’avenir » diront d’autres, n’en reste pas moins que ce débat mérite d’être pris au sérieux avec la validité des arguments défendus par ses partisans.

Un débat relancé avec la diffusion d’un tract signé d’Alain Frapolli, figure du conseil municipal de Mauguio-Carnon et opposant au maire en poste depuis 13 ans, Yvon Bourrel. Un tract, intitulé "COLLECTIF POUR UN MAIRE A CARNON"  accompagné d’une pétition pour demander la nomination d’un commissaire enquêteur par le Préfet de Région, préambule à l’ouverture du dossier.

Une velléité d’indépendance ancienne puisqu’elle date de l’après-guerre. Un éphémère mouvement "MOI CARNON" prend le relais à la fin des années 80. Mais c’est surtout l’association "VIVE CARNON LIBRE" qui porte aux nues le combat ces dernières années. Son fondateur, Daniel Valde, informaticien à la retraite, sera d’ailleurs la bête noire du maire actuel de Mauguio-Carnon avec des procès à répétitions, tous gagnés par le premier. 

C’est vrai qu’au regard de l’histoire, on ne comprend toujours pas pourquoi la Grande-Motte a pu se détacher de Mauguio en 1974 (suivant Palavas en 1850, puis Saint-Aunés en 1873) et pas Carnon ! D’autant que Carnon n’est pas relié à Mauguio, un cas unique en France. Un habitant né à Carnon, ayant vécu toute sa vie à Carnon, est obligé actuellement d’aller se faire enterrer à Mauguio !!! 

Collectif pour un Maire à Carnon
Tract du "Collectif pour un maire à Carnon"

---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Ode à la mer : j’ai les boules ! ! !

Fin de Ode à la mer

On nous la fait pas, s’il y a bien deux langues qu’on sait traduire parfaitement à PérolsBlog, c’est celle du sous-entendu et celle du non-dit. Quand à 5 jours d’intervalle, on vous parle de stade de foot, puis on vous pond un article dans Midi Libre sur le bien-fondé d' Ode à la Mer, c’est clair comme de l’eau de roche !  

On ne va pas vous cacher que les 20 ans d’attente avaient déjà largement érodé notre naïveté ; on peut nous faire croire au Père Noël jusqu'à 5 ans, pas 20 ! Mais dés fois, on aime rester de grands enfants, notre façon de continuer "ce rêve bleu, où tout est merveilleux" comme dit la chanson.

Sacrifiée Pérols sur l’autel des querelles politiciennes de la ville de Montpellier, c’est une chose… après tout ce n’était pas notre pognon mais celui de la SA3M (ex SERM). Le truc qui pique notre amour-propre, est d’avoir été tournés en bourrique comme de vulgaires ploucs de la Métropole dont l'avis importe peu.

Chapeau bas aux opposants et lobbyistes qui ont su repousser la date de lancement du projet jusqu’à celle des élections municipales 2020. Stratégie de très haut vol, permettant de faire basculer Ode à la Mer dans les corbeilles des promesses électorales. En ces temps d’écolophilie, à la limite de la démagogie, c’est bien joué ! La chance souriant souvent aux audacieux, ils ont été bien aidés par ces faux Gilets-Jaunes (mais vrais militants d’extrême gauche anti-capitalistes) qui sont en train de ruiner les commerces du centre ville de Montpellier chaque samedi. Ode à la Mer ou le puissant syndicat des notables commerçants de Montpellier, le combat est devenu forcement inégal ! 

La suite ? Probablement le stade de foot pour compenser. L’idée n’est pas sortie du cerveau d’un petit politicien du sérail local, sans stature ni poids électoral majeur. Quelqu’un s’est probablement servi de lui, soit pour changer la nature d’un projet de stade mal engagé sans l’abandonner (et garder la famille Nicollin dans la poche), soit pour lui donner des billes en vu d’une alliance.

De son côté, le groupe Frey, lésé dans cette histoire, demandera une toute petite compensation financière en échange d’autres marchés par la Métropole (Quartier Cambacérès, peut-être même une participation à la fabrication du futur stade avec un mini-centre commercial), et l’affaire est dans le sac.. le leur forcement !

---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Une centaine de pérolien(nes) veulent prendre en otage la moitié du village

Antennes Relais à Pérols

Quand les intérêts particuliers et la récupération électoraliste s’unissent, voilà le résultat !

Ainsi donc une centaine de pétitionnaires de notre commune refusent l’installation d’antennes relais parfaitement légales, au motif qu’elles enlaidiraient leur horizon (!!!). Celles-ci se situent pourtant en plein champ à 160 m des habitations, donc à distance réglementaire. On peut d’ailleurs comptabiliser sur google map, ce sont à peine une 15aine de maisons impactées par ce malaise visuel.

L’affaire aurait pu en rester là, tellement l’enjeu d’intérêt public prime au regard de la minorité de contestataires, et face aux milliers d’habitants (comme moi) excédés depuis 3 ans d’être obligés de sortir précipitamment en pyjama dehors pour réceptionner un appel urgent (voire vital). Mais non, une journaliste et une candidate aux prochaines élections municipales se sont senties obligées de venir faire de la récupération !

Une journaliste qui a pondu un article dans lequel les seules victimes sont les malheureux opposants aux antennes et non la majorité des pérolien(nes) privés de téléphone mobile ! Pas un mot pour ces derniers, pas la moindre évocation… sans importance à ses yeux !!! 

De son côté, une candidate aux prochaines municipales a publié un commentaire sur son compte de campagne facebook pour jouer les indignés et balancer sa salade politicienne contre le maire ! Elle aussi, pourtant au conseil municipal depuis 6 ans, s’est réveillée subitement cet été, veille de campagne électorale, pour venir jouer les robins des bois. Sauf erreur, on ne trouve nulle trace de ses préoccupations pour ses administrés privés de réseaux ces trois dernières années (si c’est le cas, sa véhémence n’était pas la même que maintenant !). 

Le comble du comble, c’est de venir nous sortir l’argument écologique par des gens qui ne se sont jamais souciés des dégâts sur la faune et la flore occasionnés par la construction de leurs habitations de ce côté de l’avenue. Vérité en deçà de l’avenue Saint-Vincent, erreur au-delà ! 

A ce compte là, moi aussi je vais lancer une pétition afin d’interdire la circulation des habitants extérieurs au centre du village qui viennent déposer leurs enfants à l’école La Guette en voiture, occasionnant des bouchons et des nuisances sonores incommodantes pour moi et les riverains de ma rue. Tant qu’à faire !


---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Quand notre maire se fait le VRP du village


Le couplet du maire qui gaspille l’argent du contribuable est une antienne coutumière, presque un refrain à Pérols. En revanche, le couplet du maire qui fait économiser de l’argent à sa commune est souvent aux abonnés absents.

Mettre des bacs à fleurs dans les rues, embellir les places, repeindre les façades,… autant de dépenses communales «futiles et non impérieuses» vous diront les habituels dénigreurs, incapables de faire la différence entre "dépense" et "investissement".

Il suffit d’aller sur la page facebook de la Présidente de la Région Occitanie, où elle loue le «charme du centre ville [sic]» de Pérols, pour s’en convaincre. En effet, le charme opérant, elle a lâché 300 000 euros (désenvasement de notre port) avec un joli pourboire (rénovation de notre arène + 2 ronds point sur l’avenue Georges-Frêche). Excusez du peu, les dénigreurs ! 

Corole Delga à Pérols

Economie d’argent toujours. Certains l’ont peut-être oublié mais les constructions du campus (21 millions) et du foyer jeune travailleur (8,3 millions) ne vont pas coûter un rond à la commune ! Par contre, elles font économiser 500 000 euros/ an de pénalités pour manque de logements sociaux, jamais réalisés par l’équipe municipale précédente. 

Rappel d'investissements publics et privés, sous la mandature de notre maire, qui ne nous coûteront pas un rond mais contribueront à l’attractivité  : 
- Ode à la Mer = 200 millions
- Réaménagement du ParcExpo = 80 millions
- Aire de grand passage = 2 millions
- ...

---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Antenne relais à Pérols : le coup de gueule !



TÉMOIGNAGES DE PEROLIENS. Attaché à la pluralité et l’esprit de divergence, PérolsBlog a décidé de publier régulièrement des messages à l’aune de leur pertinence et de l’intérêt à stimuler la démocratie participative. Nous gardons l’anonymat des auteurs à leur demande sans le moindre sourcillement tellement nous partageons l’idée que le contenu passe avant le contenant ! 

Bonjour,

J’en ai marre…. marre depuis 2 ans… comme pas mal de mes voisin(e)s qui habitent dans le centre du village de Pérols ! Marre d’être obligée de sortir le soir en pyjama dans la rue pour un coup de fil urgent, marre de devoir courir dehors pour recevoir un code de validation d’achat par SMS, marre de ne pas avoir internet sur mon téléphone quand la box est coupée,…

Alors quand j’ai appris que la mairie allait enfin solutionner le problème en installant une nouvelle antenne relais, j’ai poussé un énorme « ouf » de soulagement.

Mais voilà…. je découvre avec dégoût qu’une poignée de gens s’est emparée de cette affaire pour leurs petits règlements de compte politique…. comme souvent à Pérols. Ils n’ont pas trouvé mieux qu’aller frapper à la porte des maisons à proximité de la future antenne relais [avenue Saint-Vincent] leur "bourrer le mou" contre le projet ! ! !

J’avoue… je ne connais pas les aspects techniques et juridiques de l’installation d’une antenne relais, mais là où j’ai vraiment les "boules" c’est que ces bonnes âmes ne sont jamais venus frapper à ma porte s’inquiéter de mon désarroi en deux ans ! J’aimerai bien consulter les compte-rendus des conseils municipaux, voir les élu(e)s qui ont vraiment essayé de faire bouger les choses avant ce projet ?

Je peux comprendre que des gens soient mécontents d’avoir une antenne qui gâchent un peu leur horizon (encore qu’ils n’ont pas l’air de souffrir de la présence des 4 poteaux du stade de Tir à l’Arc) mais voir des élus venir monter les habitants les uns contre les autres pour leurs petites ambitions électorales me lasse de ces politicien(ne)s !

Cela fait deux ans qu’on subit…. on veut une solution rapide… pas de blabla juridique… encore moins de consultation citoyenne (le grand mot à la mode) de gens pas concernés qui rêvent de réferemdum contre un tel ou un tel !

Bonne continuation
[...] Lire l'article en entier

Le Maire de Pérols à la questionnette

Jean-Pierre Rico L'Agglorieuse

A notre maire de se soumettre à la questionnette du taulier de l'Agglorieuse, Tristan Cuche, qu’on a connu plus inspiré dans la sagacité et la pertinence de ses questions. A croire que la cinquième ville de la Métropole est loin des radars de l’Intelligentsia du Clapas. De l’autre côté de l’autoroute, l’actu majeure de Pérols semble s’être arrêtée pour certains aux 36% de …. 2016 !

Pas un mot, entre autres, sur Ode à la Mer, l'une des plus grandes opérations de requalification urbaine et commerciale de France. Ni, sur le brûlant dossier du PEB (plans d'exposition au bruit) qui impacte aussi tout le sud de la Métropole. La canicule, rue Valedau, devait sans doute perturber les méninges plus qu'à l'habitude…




---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Réunion du RLPi : Pérols va perdre de l’argent mais gagner de la qualité de vie

PLRi Métropole Montpellier

C’est sur cette conclusion que le Maire de Pérols a clôturé la réunion sur le RLPi à la salle Abric ce soir. 

Une réunion de concertation présidée par le Maire de Cournonterral, Thierry Breysse, Vice-Président de la Métropole en charge de la voirie et l’espace public qui soumettait le RPLi aux habitants du secteur sud (Pérols, Lattes, Villeneuve-lès-Maguelone).

Le RLPi (Règlement Local de Publicité intercommunal) est un document contraignant qui va contingenter l’affichage publicitaire dans la métropole. Il existe déjà un code de l’environnement sur la question, mais la Métropole a souhaité aller plus loin que la loi pour préserver plus encore ses habitants. 

Tout a été passé à la loupe : la taille des pré-enseignes et enseignes, les interdictions, le zonage par catégorie, l’interdistance, etc … Pour rappel, les pré-enseignes sont soumises à déclaration et les enseignes à autorisation.

Pérols perçoit actuellement des taxes lucratives sur l’affichage publicitaire. Avec les nouvelles règles applicables dés 2020 (avec un mise en conformité de 2 ans pour les pré-enseignes, 6 ans pour les enseignes), notre commune va perdre plusieurs centaines de milliers d’euros. Un manque à gagner sur lequel notre Maire ne rechigne pas quand il s’agit de la qualité de vie et de l’environnement. Une mansuétude à saluer.

---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Les préconisations du nouveau PPRi à Pérols sont-elles excessives ?

Nouveau PPRi de Pérols

C’était aux habitant(e)s de Pérols de venir en débattre dans le cadre de la réunion publique de mercredi dernier à la salle Yves Abric, en présence des responsables de la DDTM 34 et du Maire. Une réunion abordant justement le volet crucial du zonage des secteurs de la commune exposés aux inondations afin d’élaborer le nouveau PPRi.

Un débat malheureusement boycotté par un trop grand nombre de gens concernés. A l’exception des familiers des quartiers inondables "des Cabanes", très au fait des réglementations et leurs conséquences, on pouvait déplorer une forte absence des habitants du quartier "du Radel". 

Car les vrais impactés par ce nouveau PPRi sont bien les propriétaires et bailleurs du quartier "du Radel". En effet, l’ancien PPRi de 2004, toujours en vigueur, ne classait pas ce secteur habitable en zone à risque.


Les conséquences risquent pourtant d’être impactantes pour eux avec des mesures d’interdictions ou de prescriptions limitant les nouveaux travaux sur le bâti, les reconstructions, les extensions, etc… Un impact non moins important sur le prix de leur bien, sans oublier celui des assurances. 

D’autant que le Maire a récupéré son droit de préemption et d’expropriation depuis sa mise en conformité avec la loi SRU (logements sociaux), lui permettant une mise en ouvre coercitive du nouveau PPRi. Et il aura bien raison de le faire, car il n’est pas là pour assumer les conséquences du défaut d’information des intéressés, surtout quand il se donne du mal à organiser des débats publics.

 --------- Pérols ----------

[...] Lire l'article en entier

Une députée européenne, pérolienne de coeur

France JAMET à Pérols

France Jamet vient d’être élue députée française au Parlement Européen hier. Elle fait donc parti des deux seules députées à représenter l’Hérault dans cette enceinte. Mais elle est aussi une pérolienne de cœur. Elle a ouvert sa permanence à Pérols depuis plus d’un an au Parc d'Activité de l'Aéroport. Son père habite le village dont il est une figure, ancien combattant présent aux commémorations, candidat aux élections locales, et actuel conseiller municipal. Elle a accepté de nous répondre :

Avant de commencer, la question que tous les observateurs locaux se posent avec l’installation de votre permanence politique sur la commune, ainsi que votre présence régulière aux cérémonies commémoratives dans le village : avez-vous jeté votre dévolu sur Pérols, ou est-ce juste un repli vers le terroir suburbain pour fuir le landerneau politique du clapas ?

Il n’y a aucun signe particulier ni justification hâtive à tirer de tout cela. J’ai des attaches de longue date avec la ville de Pérols et c’est toujours avec plaisir que je me rends sur le terrain au contact des Péroliennes et des Péroliens.

Si vous deviez vanter les charmes de Pérols à vos collègues étrangers au Parlement européen, quels seraient-ils ? 

Il y a tant de choses à dire. Son cadre de vie, ses traditions,son identité, le soleil, la mer, le sourire… A l’inauguration de ma permanence, Gerolf ANNEMANS, Président du MENL, venu très gentiment tenir une conférence sur l’Europe et le futur de nos civilisations, en est reparti conquis et émerveillé.

Vous exercez déjà quatre mandats dont un porté par les suffrages d’une partie des électeurs de Pérols (le régional). En vous présentant à cette élection européenne, vous les sollicitiez à nouveau. Faut-il comprendre que vos mandats actuels n’offrent pas l’efficacité politique souhaitée par vous ? Cela ne fait-il pas trop de mandats ? 

Je n’ai que 2 mandats (j’ai démissionné avec regrets, de celui de Conseillère municipale et de Métropole de Montpellier) et ils sont complémentaires. J’ai toujours considéré qu’il fallait garder un mandat local pour garder un ancrage dans nos territoires et dans la réalité du quotidien. Je précise, au passage, qu’avec l’écrêtement je ne perçois aucune indemnité du Conseil régional. 

Votre collègue sudiste, Louis Aliot, avait choisi d’abandonner son mandat de députée européen obtenu aussi avec des voix de pérolien(nes) pour celui de député français obtenu exclusivement sur une circonscription à 158 km. Certains ont donc pu se sentir lésé à Pérols. Feriez-vous le même choix si la situation se présentait à vous ? 

Avec Louis, les Perpignanais, bien sûr, ont un ardent défenseur de leur territoire, mais je vous rappelle que le rôle du député est de « faire la loi » pour les Français, c’est une représentation nationale pour un mandat national. Nos compatriotes ont voté pour notre liste du Grand Sud Ouest, où j’occupais la 4ème position, et comme lui, je continuerai de défendre les Français, dans le cadre d’une représentation française au Parlement européen. Je suis là où les électeurs et les intérêts de la France m’ont placée, j’irais là où ils m’inviteront à les défendre. 

Vous étiez en 20e position sur la liste européenne menée par votre parti. Avec Gilbert Collard, cela fait quand même peu pour une province du Languedoc grande pourvoyeuse de voix pour votre parti, non ? 

La liste du Rassemblement National est parfaitement équilibrée entre toutes nos régions, qu’elles soient pourvoyeuses de voix ou pas, chacune mérite d’être représentée. Nous sommes aussi et avant tout des femmes et des hommes représentatifs de la Nation et les seuls à mettre en avant également ceux des DOM-TOM. 

Pérols honore sur ses monuments aux morts les noms des disparus de deux grandes guerres contre un autre pays européen, l’Allemagne. Aucun habitant de Pérols n’est mort dans un autre conflit européen depuis 74 ans. Partagez-vous l’idée que c’est essentiellement grâce à l’Union Européenne comme l’affirme vos concurrents "européistes" à droite notamment ? 

Les européistes, qui sont avant tout des mondialistes, nous assènent à longueur de temps que « l’Europe, c’est la Paix ». C’est faux, l’Union européenne de Monsieur Juncker, des multinationales et des lobbyistes, c’est la guerre. Une guerre qui ne dit pas son nom. Une guerre économiques, commerciale, sociale, environnementale et civilisationnelle. Notre Europe ne se résume pas à un « grand marché de consommateurs » mais à des savoirs, des traditions, des métiers, des excellences qui méritent d’être défendus, sauvegardés et exportés. L’institution européenne plonge nos pays dans le chaos par idéologie dogmatique et par leur vision globaliste et mercantile du monde. La réussite de notre Europe des Nations et des Libertés viendra de nos coopérations, sur des projets stratégiques et choisis par les peuples, non par des commissaires non élus qui décident aujourd’hui pour les 28 États membres. Tout ce qui empoisonne votre quotidien aujourd’hui a été décidé hier par l’Union européenne. Tout ce qui obère votre avenir est décidé aujourd’hui à Bruxelles. Il est primordial d’envoyer au Parlement européen des députés qui défendront réellement les intérêts des Français. 

Le sentiment général des électeurs est que le Parlement européen n’a aucun pourvoir parce qu’aucune force de proposition. Vous avez été députée européenne durant presque 2 ans, en remplacement de Louis Aliot, faites-vous ce constat ? 

C’est vrai aujourd’hui, où la Commission européenne a l’initiative législative et est garante de l’application des Traités. Comme celui de Lisbonne, adopté contre l’avis des peuples. Mais au cours du prochain mandat, avec les forces qui se réveillent partout en Europe, nous avons l’occasion de redonner enfin le pouvoir au peuple. Avec nos alliés, nous sommes en train de rassembler un groupe important et influent pour impacter réellement la politique européenne. 

Pourtant l’Europe consacre 1,6 milliard d’euros pour la région Occitanie à travers 53 000 projets. 

Quand l’Europe distribue 1,6 milliards d’euros à la région Occitanie, c’est notre argent qu’il nous rend. Et encore, pas en totalité. Le budget de l’Europe tient sur les contributions des États membres. La France donne 21 milliards et en récupère 13, soit une perte de 9 milliards sur l’année. Tout cet argent, qui est en réalité celui du contribuable français devrait participer au développement de projets pour nos compatriotes. 

Quels seraient vos deux arguments majeurs pour convaincre l’électeur ou l’électrice de Pérols que l’Union Européenne influence son quotidien ? 

L’Europe est déjà dans leur assiette. Avec les Accords de Libre-échange passés par l’Europe avec le monde entier, ce sont des milliers de tonnes de produits à bas coût qui sont déversés sur nos territoires, des produits qui ne respectent pas les normes sanitaires que s’imposent nos producteurs, nos éleveurs et agriculteurs car il s’agit de notre santé. Tout cela sans traçabilité possible, au nom de la concurrence libre et non faussée. Cette idéologie globaliste et libre-échangiste encourage la surproduction qui déstabilise des zones entières du monde et détruit les ressources. En conséquence, cela créée dans certains pays d’Afrique notamment, des fermetures de petites exploitations, provoquant un chômage de masse et de facto, la migration de populations vers l’Europe. La boucle est bouclée. Aujourd’hui, le mondialisme est une réalité et la seule solution viable pratiquée par de nombreux pays est le protectionnisme intelligent. Il faut protéger nos emplois, notre alimentation, notre industrie, notre environnement et notre santé. Pour cela, il faut substituer au libre-échange le juste échange et encourager le localisme. C’est toute la base du projet que nous porterons au Parlement européen, avec nos nombreux alliés. 

Merci pour votre sollicitude


---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier