Derniers articles

Affichage des articles dont le libellé est Interview. Afficher tous les articles

Jean-Marie Nègre nous parle de son association EPAVE

Jean-Marie Nègre à Pérols

Ce dimanche était la date du calendrier cochée par Jean-Marie Nègre pour sa foire annuelle de son association EPAVE (Entente Pérolienne Amateur de Véhicules Epoques), devenue une actrice majeure de la commune par le succès et le particularisme de ses manifestations publiques. Qui n’a pas un petit pincement nostalgique au cœur en allant admirer ces vielles motos et mobylettes de notre passé ? La suite dans notre petit reportage en vidéo ci-dessous. 


--------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Annonce vide grenier du collège

Vide grenier Collège Fréderic Mistral


Gaëlle a contacté Pérolsblog pour nous informer d’un vide grenier dimanche 1 mars de 7 à 14h, au profit de projets pédagogiques sous l’égide d’associations de parents d’élèves. 

Les bénéfices iront financer des sorties ou initiatives éducatives pour les collégien(ne)s de Pérols, inscrit(e)s au collège Fréderic Mistral. 

La précédente édition, en automne, avait remporté un franc succès en terme de fréquentation grâce au réseau des parents. Aujourd’hui, les organisateurs souhaitent élargir à toute la commune ce rendez-vous pour en faire un incontournable de nos agendas.

Vidéo de présentation (facebook)


--------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Un club de Pérols labellisé

Ping Pong Club de Pérols

Belle récompense pour ce club trentenaire de notre commune qui avoisine les 70% de jeunes. L’heureux bénéficiaire est le Ping-Pong Club de Pérols qui vient de recevoir le label "Centre Régional d’Entraînement". Une victoire pour le Président Jérôme PORCHAIRE et tout son staff.

Ainsi le club pourra bénéficier du soutien de la Ligue Régionale de Ping-Pong d’Occitanie pour faire vivre sa pépinière de jeunes et permettre l’émergence de futurs champions. La première conséquence est la possibilité pour le club de faire passer un de ses bénévoles, Mehdi REYNAUD, au club depuis tout petit, comme d’entraîneur officiel des jeunes dans le cadre d'un service civique. 

Pérolsblog est aller à la jeter un coup d’œil aux entraînements pour en savoir plus ! Voici les images : 


---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Tir à l’arc à Pérols, le Président Cremmydas nous explique

Les Archers de Pérols

Si vous ignoriez que Pérols est un haut lieu du tir à l’arc sportif dans l’Hérault, alors vous lisez mal les panneaux de signalisation du sud de la commune qui indiquent tous le terrain de tir ! Et pour cause, ce terrain est homologué à la compétition de haut niveau avec ses 7500 m², ses 42 couloirs de tir, son éclairage et son label "régional". Un bijoux dans une petite commune comme la nôtre. C’est l’antre des sociétaires des Archers de Pérols lors des beaux jours. 

Quand il fait froid, les archers de Pérols pratiquent leur discipline au Gymnase de la Tour. Ce dimanche s’y déroulait justement un tournoi qualificatif dans le cadre des compétitions de la Fédération Française de Tir à l’Arc. Pérolsblog était là pour interviewer en vidéo le Président du club.


---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Quatre questions au Président Prost

Fabien Prost (ES Pérols)

Lors du 2nd match de l’ES Pérols à domicile, le Président a accepté de répondre à notre petite interview vidéo sur le pouce.

L’occasion de nous confirmer que l’équipe première ambitionne clairement la montée cette saison pour rejoindre la Régionale 2. Un membre du staff dirigeant nous a même confié en aparté que la montée était souhaitable mais surtout souhaitée car le niveau sportif de Régionale 3 n’offre pas une qualité de jeu valorisante. 

Ce deuxième match à domicile nous a aussi permis d’admirer le nouveau maillot de cette saison puisque l’équipe première a quitté l’équipementier ERREA pour PUMAS.



---------- Pérols ----------

[...] Lire l'article en entier

Fête de la musique à Pérols : venez découvrir David, dit le prof !

leprofdemusique

C’est comme cela qu’il se présente sur le web, via son site. David Thilloy de son vrai nom, professeur de musique installé depuis 14 ans à Pérols, posera ses instruments vers 18h30 devant la boulangerie "le Fournil des Oliviers" pour la fête de la musique.

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de lui par le bouche à oreille, ou peut-être avez-vous eu en main son flyer dans un commerce du centre ville ? Non ! Pas de soucis, voici une interview de présentation.

-------------------

1/ Comment avez-vous atterri à Pérols ?

On s’est posé là avec ma conjointe pour être prêts de Montpellier parcequ’elle y avait de la famille. Pérols c’est un compromis entre elle qui voulait la ville, et moi le bord de mer. La situation géographique, avec tout à proximité, tombait aussi parfaitement. La culture taurine ne m’a pas laissé insensible vu que j’aime les civilisations anciennes, dont celle des minoens avec leur culte du taureau.

2/ En parcourant votre CV sur votre site, on découvre que vous êtes tombés dans la marmite de la musique très tôt.

Pas vraiment eu le choix dans la mesure où on subit l’éducation de ses parents, positivement ou négativement. Ma mère attachait beaucoup d’importance à la musique dans l’éducation, autant qu’aux maths. Elle m’a inscrit très tôt au conservatoire en bas de chez nous dans le 13e arrondissement de Paris, j’en avais même les clés. A mes 5 ans, on m’a mis dans les classes de solfège, l’année d’après en piano, ensuite en violon, ensuite en percussion. La musique s’est intégrée à ma vie au même titre que l’école.

3/ De la vente, de la scène, du studio,… beau panel ! 

J’ai compris très vite la réalité d’une vie d’artiste : sans parachute, tu te rétames. Sorti de l’armée, où j’étais tambour, j’ai tout de suite saisi les opportunités. De la vente d’instruments en magasin, où je passais d’ailleurs plus de temps à faire mes maquettes. De la scène comme cette occasion aux côtés de Johnny devant 18000 personnes à Bercy, ou pour des tremplins rock. J’ai même fais des compositions pour des colloques politiques de Chirac, par exemple. Du studio aussi, grâce à une opportunité offerte par un copain, qui m’a conduit ensuite à faire des sons pour Disney ou FR3. C’est dans la "démerde " que tu te familiarises avec l’improvisation, l’adaptation, le challenge. J’aime ça, plonger et nager ensuite en fonction des circonstances.

4/ Comme passe-t-on du classique au rock ?

Je suis passé par les deux extrêmes. Ecouter du Metallica dans sa chambre, en venant de l’univers du Lac des Cygnes de Tchaïkovski, c’était surtout difficile pour ma mère. Mais cela a été ma façon d’exprimer où j’en étais moi, par rapport aux choix imposés par elle. Vers mes 15 ans, j’ai acheté ma première guitare électrique grâce à l’argent gagné en jouant dans la rue avec une copine aux puces de Clignancourt. 
J’ai d’abord plongé dans le Métal en côtoyant un bon copain un peu zonard. Un jour, pour la fête de la musique, on pars remplacer un guitariste absent dans un groupe et on tombe sur deux adeptes de funk. Ils sont devenus mes meilleurs amis et m’ont ouvert à d’autres styles. 
En guitare, j’ai pris cher car il faut des années pour se déformater du conservatoire.

David à la guitare

5/ Et pourquoi l’apprentissage aujourd’hui ?

J’ai compris qu’il y avait une faille dramatique, presque culturelle, dans l’apprentissage de la musique. Soit on doit passer par la rigueur des conservatoires, mais cela n’attire plus les gosses et encore moins les amateurs. Soit par des écoles de musique, mais c’est la politique du chiffre qui prime selon moi. Je propose autre chose avec de la polyvalence, sans perdre une certaine forme de spécialisation. Enseigner n’est pas bien compliqué quand on a une passion. Je me fais juste payer pour la partager. 

6/ Qu’elle clientèle ?

J’ai tout, essentiellement de Pérols. La moitié joue déjà un peu, l’autre débute. Souvent les personnes viennent d’une école de musique mais n’aimaient pas ce qu’on leur imposait. Je fais du sur-mesure : à chaque élève un seul programme, et non un programme pour 10 élèves. Pour la plupart des écoles, c’est à l’année, moi ce sont des forfaits de deux mois avec environ 1 heure par semaine. Chez moi, pas d’austérité, on rigole beaucoup. 
Le classique est plus demandé par les filles que les garçons mais étonnamment tous apprécient le jazz, comme quoi le travail d’éveil reste à enseigner. 

7/ Où enseignez-vous ?

Chez moi, à côté de la médiathèque, dans un espace aménagé à mon domicile pour la partie solo. A la salle Kuyten, prêtée par la mairie, le dimanche pour jouer en groupe.

8/ Où pourra-t-on venir vous voir à Pérols, lors la fête de la musique ?

Ce sera la 1er fois pour moi à Pérols. Deux sets : de 19h à 20h et de 20h30 à 21h devant la boulangerie "Fournil des Oliviers ". Il y aura un petit podium pour jouer avec mes élèves.

9/ Autre chose ?

Pour me contacter : optez pour mon mail sur mon site leprofdemusique.fr car je ne suis pas très réseaux sociaux. J’ai aussi deux chaînes Youtube, une perso et une pour des tutos.

  ---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Une députée européenne, pérolienne de coeur

France JAMET à Pérols

France Jamet vient d’être élue députée française au Parlement Européen hier. Elle fait donc parti des deux seules députées à représenter l’Hérault dans cette enceinte. Mais elle est aussi une pérolienne de cœur. Elle a ouvert sa permanence à Pérols depuis plus d’un an au Parc d'Activité de l'Aéroport. Son père habite le village dont il est une figure, ancien combattant présent aux commémorations, candidat aux élections locales, et actuel conseiller municipal. Elle a accepté de nous répondre :

Avant de commencer, la question que tous les observateurs locaux se posent avec l’installation de votre permanence politique sur la commune, ainsi que votre présence régulière aux cérémonies commémoratives dans le village : avez-vous jeté votre dévolu sur Pérols, ou est-ce juste un repli vers le terroir suburbain pour fuir le landerneau politique du clapas ?

Il n’y a aucun signe particulier ni justification hâtive à tirer de tout cela. J’ai des attaches de longue date avec la ville de Pérols et c’est toujours avec plaisir que je me rends sur le terrain au contact des Péroliennes et des Péroliens.

Si vous deviez vanter les charmes de Pérols à vos collègues étrangers au Parlement européen, quels seraient-ils ? 

Il y a tant de choses à dire. Son cadre de vie, ses traditions,son identité, le soleil, la mer, le sourire… A l’inauguration de ma permanence, Gerolf ANNEMANS, Président du MENL, venu très gentiment tenir une conférence sur l’Europe et le futur de nos civilisations, en est reparti conquis et émerveillé.

Vous exercez déjà quatre mandats dont un porté par les suffrages d’une partie des électeurs de Pérols (le régional). En vous présentant à cette élection européenne, vous les sollicitiez à nouveau. Faut-il comprendre que vos mandats actuels n’offrent pas l’efficacité politique souhaitée par vous ? Cela ne fait-il pas trop de mandats ? 

Je n’ai que 2 mandats (j’ai démissionné avec regrets, de celui de Conseillère municipale et de Métropole de Montpellier) et ils sont complémentaires. J’ai toujours considéré qu’il fallait garder un mandat local pour garder un ancrage dans nos territoires et dans la réalité du quotidien. Je précise, au passage, qu’avec l’écrêtement je ne perçois aucune indemnité du Conseil régional. 

Votre collègue sudiste, Louis Aliot, avait choisi d’abandonner son mandat de députée européen obtenu aussi avec des voix de pérolien(nes) pour celui de député français obtenu exclusivement sur une circonscription à 158 km. Certains ont donc pu se sentir lésé à Pérols. Feriez-vous le même choix si la situation se présentait à vous ? 

Avec Louis, les Perpignanais, bien sûr, ont un ardent défenseur de leur territoire, mais je vous rappelle que le rôle du député est de « faire la loi » pour les Français, c’est une représentation nationale pour un mandat national. Nos compatriotes ont voté pour notre liste du Grand Sud Ouest, où j’occupais la 4ème position, et comme lui, je continuerai de défendre les Français, dans le cadre d’une représentation française au Parlement européen. Je suis là où les électeurs et les intérêts de la France m’ont placée, j’irais là où ils m’inviteront à les défendre. 

Vous étiez en 20e position sur la liste européenne menée par votre parti. Avec Gilbert Collard, cela fait quand même peu pour une province du Languedoc grande pourvoyeuse de voix pour votre parti, non ? 

La liste du Rassemblement National est parfaitement équilibrée entre toutes nos régions, qu’elles soient pourvoyeuses de voix ou pas, chacune mérite d’être représentée. Nous sommes aussi et avant tout des femmes et des hommes représentatifs de la Nation et les seuls à mettre en avant également ceux des DOM-TOM. 

Pérols honore sur ses monuments aux morts les noms des disparus de deux grandes guerres contre un autre pays européen, l’Allemagne. Aucun habitant de Pérols n’est mort dans un autre conflit européen depuis 74 ans. Partagez-vous l’idée que c’est essentiellement grâce à l’Union Européenne comme l’affirme vos concurrents "européistes" à droite notamment ? 

Les européistes, qui sont avant tout des mondialistes, nous assènent à longueur de temps que « l’Europe, c’est la Paix ». C’est faux, l’Union européenne de Monsieur Juncker, des multinationales et des lobbyistes, c’est la guerre. Une guerre qui ne dit pas son nom. Une guerre économiques, commerciale, sociale, environnementale et civilisationnelle. Notre Europe ne se résume pas à un « grand marché de consommateurs » mais à des savoirs, des traditions, des métiers, des excellences qui méritent d’être défendus, sauvegardés et exportés. L’institution européenne plonge nos pays dans le chaos par idéologie dogmatique et par leur vision globaliste et mercantile du monde. La réussite de notre Europe des Nations et des Libertés viendra de nos coopérations, sur des projets stratégiques et choisis par les peuples, non par des commissaires non élus qui décident aujourd’hui pour les 28 États membres. Tout ce qui empoisonne votre quotidien aujourd’hui a été décidé hier par l’Union européenne. Tout ce qui obère votre avenir est décidé aujourd’hui à Bruxelles. Il est primordial d’envoyer au Parlement européen des députés qui défendront réellement les intérêts des Français. 

Le sentiment général des électeurs est que le Parlement européen n’a aucun pourvoir parce qu’aucune force de proposition. Vous avez été députée européenne durant presque 2 ans, en remplacement de Louis Aliot, faites-vous ce constat ? 

C’est vrai aujourd’hui, où la Commission européenne a l’initiative législative et est garante de l’application des Traités. Comme celui de Lisbonne, adopté contre l’avis des peuples. Mais au cours du prochain mandat, avec les forces qui se réveillent partout en Europe, nous avons l’occasion de redonner enfin le pouvoir au peuple. Avec nos alliés, nous sommes en train de rassembler un groupe important et influent pour impacter réellement la politique européenne. 

Pourtant l’Europe consacre 1,6 milliard d’euros pour la région Occitanie à travers 53 000 projets. 

Quand l’Europe distribue 1,6 milliards d’euros à la région Occitanie, c’est notre argent qu’il nous rend. Et encore, pas en totalité. Le budget de l’Europe tient sur les contributions des États membres. La France donne 21 milliards et en récupère 13, soit une perte de 9 milliards sur l’année. Tout cet argent, qui est en réalité celui du contribuable français devrait participer au développement de projets pour nos compatriotes. 

Quels seraient vos deux arguments majeurs pour convaincre l’électeur ou l’électrice de Pérols que l’Union Européenne influence son quotidien ? 

L’Europe est déjà dans leur assiette. Avec les Accords de Libre-échange passés par l’Europe avec le monde entier, ce sont des milliers de tonnes de produits à bas coût qui sont déversés sur nos territoires, des produits qui ne respectent pas les normes sanitaires que s’imposent nos producteurs, nos éleveurs et agriculteurs car il s’agit de notre santé. Tout cela sans traçabilité possible, au nom de la concurrence libre et non faussée. Cette idéologie globaliste et libre-échangiste encourage la surproduction qui déstabilise des zones entières du monde et détruit les ressources. En conséquence, cela créée dans certains pays d’Afrique notamment, des fermetures de petites exploitations, provoquant un chômage de masse et de facto, la migration de populations vers l’Europe. La boucle est bouclée. Aujourd’hui, le mondialisme est une réalité et la seule solution viable pratiquée par de nombreux pays est le protectionnisme intelligent. Il faut protéger nos emplois, notre alimentation, notre industrie, notre environnement et notre santé. Pour cela, il faut substituer au libre-échange le juste échange et encourager le localisme. C’est toute la base du projet que nous porterons au Parlement européen, avec nos nombreux alliés. 

Merci pour votre sollicitude


---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Basket : interview vidéo fin de saison de coach Yann Grosset

Yann Grosset Pérols Basket

Pérols a clôturé la saison sur une victoire facile et logique face aux catalans de Saint-Cyprien, logés dans le bas du classement. Un match dont l’enjeu permettait à Pérols de rester dans la première moitié du classement en finissant à la 7e place sur 14. Une place de moins, donc, par rapport à l’année dernière. Sans son forfait contre Toulouges, Pérols aurait fini 5e, de quoi nourrir quelques regrets.

Coach Grosset nous en dit plus sur le bilan à tirer de la saison en interview vidéo.


Classement final saison 2018/2019
1 - TOULOUGES = 53pts : 26 victoires 1 défaites
2 - ST ESTEVE = 51pts : 25v 1d
3 - AGDE = 44pts : 18v 8d
4 - FRONTIGNAN (B) = 42pts : 16v 10d
5 - SAINT-GELY = 40pts : 14v 12d
6 - FABREGUE = 40pts : 14v 12d
7 - PEROLS = 39pts : 14v 12d (dont 1 forfait)
8 - LA CROIX D'ARGENT B = 39pts : 13v 13d
9 - NIMES = 39pts : 13v 13d
10 - LA CROIX D'ARGENT B - ESPOIR = 36pts : 10v 16d
11 - BEZIERS CHEMINOT= 35pts : 9v 17d
12 - ST CYPRIEN = 32pts : 6v 20d
13 - MONTPELLIER GOREE = 29pts : 3v 23d
14 - NARBONNE = 28pts : 2v 24d

Saint Cyprien Basket

Saint Cyprien Basket

Saint Cyprien Basket

Saint Cyprien Basket

---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Interview du curé de Pérols

Hervé Dussel, prêtre de Pérols

Pâques approche, l'occasion toute trouvée d'aller interroger le curé de Pérols

1/ Un peu mot pour nous faire partager la tristesse de tous les catholiques face à l’incendie de la reine des cathédrales françaises ?

Je suis abasourdi, interloqué, "K.O." pour reprendre le mot de l’Archevêque de Paris. En plus, j’y ai concélébré une messe, il y a à peine dix jours maintenant avec le recteur. Quand je monte sur Paris pour un ou deux jours,  j’y vais régulièrement. Avec les paroissiens, nous y sommes allés pour le pèlerinage lors du 850e anniversaire de la Cathédrale de Paris.

2/ Avant de commencer, une question qui revient souvent, doit-on vous appeler «Pére», «Abbé» ou «Révérend» quand on vous croise dans les rues de Pérols ?

Le terme exact, c’est «Monsieur l’Abbé». «Père» c’est pour un religieux comme un franciscain, un bénédictin, un cistercien, etc… «Révérend» c’est aussi pour les religieux. Moi, je suis prêtre diocésain. Etant responsable d’une paroisse, on peut dire aussi «Monsieur le Curé». 

3/ Pour les neo-pérolien(nes) qui ne vous connaissent pas, comment avez-vous été amené sur le chemin de Dieu ? Quel a été votre parcours avant votre nomination à la tête des paroisses du littoral, en septembre 2012 ?

Je suis originaire de Pézenas. La question de ma vocation s’est déclenchée vers 14 ans, mais je suis entré au séminaire qu’à 23 ans, il a fallu donc 9 ans. Je suis d’un milieu catholique "basique", mes parents étaient peu pratiquants, catholiques de tradition pour faire simple. 
Une première nomination assez jeune à Clermont-l’Hérault, paroisse Saint-Paul-Cœur-d'Hérault qui regroupait 25 clochers de 35 villages, soit 25000 habitants pour une fréquentation moyenne de 500 paroissiens.

4/ Une nomination ensuite en bord de mer, n’importe quel laïc se sentirait chanceux, et vous ?

Pas plus chanceux ici qu’ailleurs. Je suis très heureux d’être en bord de mer mais j’étais très heureux aussi à Clermont-l’Hérault. Contrairement aux idées reçues, c’est plus contraignant le bord de mer car pendant l’été vous ne pouvez pas vous dire « je vais prendre un peu de repos », l’année liturgique ne faiblit pas avec l’arrivée des vacanciers. On estime que la population du littoral se multiplie par 10 et la fréquentation des clochers du bord de mer par 2. Moins à Pérols forcement qui n’est pas en bord de mer.

5/ Après plus de 6 ans de présence, comment dépeindriez-vous la paroisse du secteur Grand Montpellier Sud à un jeune novice pour l’encourager à venir ?

Je suis dans ma 7ième année pour être précis. Le bord de mer, justement, est un bon argument. La spécificité de la pastorale d’été est une bonne expérience à découvrir. La proximité de la grande ville aussi : l’effet d’entraînement avec le dynamisme des églises de Montpellier, est un atout. Je connais des jeunes couples qui vont régulièrement à Montpellier.

6/ Justement au sujet de la jeunesse, comment enrayer la raréfaction des jeunes sur les bancs des églises ? Scoutisme, patronage, colonies de vacances, … comment les réhabiliter ?

La vraie question, ce n’est "COMMENT" mais "QUI" s’en occupe ? Ce n’est pas qu’on ne veuille pas, c’est qui pour s’en occuper ? Déjà pour le ménage dans l’église de Pérols, ca ne se bouscule pas ! Pour nous reprocher de ne pas suffisamment en faire, il y aura toujours des gens. Si quelqu’un veut lancer une équipe de foot ou de rugby de la paroisse, allez-y, banco ! 
Nous ne sommes pas dépourvus pour autant, le diocèse dispose d’une école, d’une troupe de scouts à Palavas et d’une aumônerie qui organise des camps, comme en juillet prochain, avec Lascaux et le Futuroscope au programme.

6/ La Semaine sainte commence jeudi. Quelle est la fête la plus importante : Noël ou Pâques ? Comment expliquer aux profanes que célébrer une mort est plus importante qu’une naissance ?

En réalité, la Semaine Sainte a déjà commencé dimanche avec les Rameaux. 
A Pâques, on ne célèbre pas la mort mais au contraire la résurrection. On pourrait presque dire, en exagérant un peu, que Noël est au même niveau que le Vendredi Saint. Ce qui fait la foi du chrétien, ce n’est pas la mort de Jésus, ni sa naissance, ni son repas avec ses apôtres, ni l’Assomption de la Vierge,… Le chrétien croit que Jésus Christ, fils de Dieu, Messie, envoyé du Père, est ressuscité ! C’est le coeur de la foi !

7/ Un dernier mot ?

Je dois avouer que je suis bien meurtri par l’actualité :  Notre Dame de Paris, les affaires de pédophilie,… c’est un carême un peu douloureux cette année. Mais le motif d’espoir dans cette période, c’est le christ ressuscité.

Amen et merci à vous.

---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Le DIY (Do It Yourself) a débarqué à Pérols

Alexandre Bricol-Heure

Alexandre en est un digne représentant dans le domaine du bricolage, en ouvrant une boutique.

Interview  : 

Même si votre enseigne est assez explicite, pouvez-vous nous présenter votre activité et le (ou les) maître des lieux ?

Bonjour, je suis Alexandre Bricoleur amateur qui fut en manque de place et d’outillage.
C’est  en voulant peindre un cadre à la bombe que je me suis retrouvé au sous-sol de mon immeuble éclairé aux phares de ma voiture.
Mais diantre n’existe-il pas un endroit où bricoler avec tout sous la main ? Ben non !
Alors c’est après de très longs mois de travail à réaliser études de marché et business plans, de rencontres de discussions, de présentations qu’est né Bricol-Heure.
Un atelier partagé polyvalent où bricoler, réparer, restaurer ce que l’on  a envie en location à l’heure.

Depuis quand êtes vous installés sur la commune de Pérols ? Quels sont les points forts qui ont motivé votre installation à cet endroit du Fenouillet ?  

Installé ZAC du Fenouillet depuis décembre 2017 et après 2 mois de travaux sans entreprise extérieure, accompagné de ma femme et de 2 – 3 amis pour quelques travaux de force,  Bricol-Heure à ouvert ses porte fin février 2018.
Les points forts du Fenouillet sont une réactivation de l’espace commercial en rendant attractif l’installation des commerçants (et ce malgré les travaux), une accessibilité en tramway depuis Montpellier en 20 minutes depuis la gare st Roch. Un stationnement gratuit devant la porte. Et la plage pas loin.

Bricol Heure Pérols
            

L’ultra proximité du futur Campus devrait être un atout avec sa clientèle en mal de déco d’intérieur ou d’optimisation de son aménagement (home staging), non ?

J’espère oui que les résidents du campus seront clients de cet atelier pour venir créer du mobilier et des objets déco pour s’approprier son intérieur, le rendre unique. 

Vous vous inscrivez complètement dans la culture DIY, mais en opposition au DIY à domicile, c’est un peu ca ?

Oui la culture du « Faites Le Vous-même » fait partie du projet Bricol-Heure. Montrer à tous que vous pouvez être fier de vous et de vos réalisations.
En opposition ? Je ne pense pas.  En complément pour avoir la place et les outils pour vos projets DIY. 

Cette culture DIY vous tient à cœur j’imagine ? Au-delà de la démarche de mutualisation, il y a aussi une volonté de partage des savoirs et des idées, non ?  

Absolument car désormais on peut se rencontrer aussi pour créer, apprendre et partager. Mais aussi favoriser le réemploi des ressources. 


Quelle est l’idée la plus originale qu’un client vous ait soumis ?

Je ne cesse d’être surpris : Un mobile en coquillages et bois flotté, une penderie sur mesure, un bouclier démontable de jeu de rôle grandeur nature en PVC, un micro baby-foot, une moustiquaire… Les gens sont créatifs et c’est un bonheur, et je constate qu’ils ont envie de faire eux-même. (cf. instagram @bricolheure34)

Le petit plus que l’on ne trouve pas chez son menuisier du coin, c’est l’espace peinture et le coin photo. Un petit mot là-dessus ?

La polyvalence et ce qui fait la différence chez Bricol-Heure. Ici vous pourrez préparer votre bois, puis le peindre ou le vernir ou pourquoi pas le tapisser. Vous pourrez  également souder  des pièces métalliques. Photographier vos réalisations, confectionner des coussins, des vêtements. Transmettre et partager des connaissances.

Question pratique, si on a le poignet cassé (comme moi actuellement), pouvez-vous prendre le relais d’un projet en facturant la main d’œuvre ?

Prompt rétablissement ! Je suis là pour vous accueillir, vous expliquer le fonctionnement des outils pour un  bon usage en toute sécurité et si vous le souhaitez , un point de vue extérieur sur votre projet. Pour vous relayer, ou vous coacher ça peut se faire mais on passe à une autre tarification.  

Le sujet qui fâche : les tarifs ! Quelle fourchette de prix pour qu’elle prestation ?

Pas de fâcherie, on loue un espace pour 12€ de l’heure avec un accès à tout l’outillage et les équipements de protection.  (plus d’infos tarif sur le site web www.bricol-heure.fr).
Le temps passé est le premier variateur de coût, et pour les bricoleuses et bricoleurs assidus il existe des abonnements.
Apportez vos matières premières, peintures et quincailleries pour avoir ce que vous souhaitez

Fin de l’interrogatoire, quelque chose à rajouter ?

Merci beaucoup pour l’intérêt que vous portez à ce lieu de plaisirs créatifs.
N’hésitez pas à passer découvrir les lieux pour vous rendre compte que ce qui germe dans vos envies créatives va pouvoir fleurir.
C’est climatisé !

NB : Retrouvez toutes les infos sur le site : www.bricol-heure.fr / instagram.com/bricolheure34

--------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Interview de Clément Molle, Président de Pérols Basket, pour un bilan de la saison

Clément Molle basket

Peux-tu te présenter pour ceux qui ne suivraient pas le basket à Pérols ? 

Clément Molle, Président de Pérols Basket depuis fin juin dernier. Au club depuis 2 ans.

Elu au Comité Départemental de basket de l'Hérault durant 8 ans, dont 6 comme président de la Commission Jeunes. Double médaillé de Bronze de la FFBB, élu Flamme d'Avenir 2008 du Comité Départemental Olympique et Sportif (catégorie Meilleur Dirigeant).

Un vrai "couteau suisse" du basket ! Mon parcours : Joueur, Entraîneur, Arbitre officiel puis Dirigeant. Ancien Président du club de basket de Palavas, Dirigeant au club de Frontignan-La-Peyrade (en Nationale 3 Masculine), puis Pérols Basket. Arbitre départemental valide et championnat de France handibasket. Ancien officiel de table de marque en championnat de France, je devrais reprendre du service pour la saison à venir. 

--- EQUIPE SENIOR ---

Es-tu satisfait de votre 6ième place ? 

Cette 6ième place est inattendue, mais quelle performance du groupe ! 

C'est du Guy Roux dans le texte, mais en début de saison l'objectif était le maintien. Nous repartions quasiment à la base, avec seulement un petit noyau "d'anciens". Le renouvellement de l'effectif et le management du coach Yohan Grosset ont été la clé de voûte de la réussite de cette saison. Le groupe est intéressant, sérieux et travailleur... en rajoutant l'expérience de Yohan aux manettes, je ne suis pas surpris que cela ait fonctionné.

Correspond-elle à l’objectif fixé en début de saison ?

L'objectif était de créer des passerelles entre les différentes équipes, d'intégrer de la jeunesse dans les groupes. Notre fierté est d'aligner sur certaines rencontres plusieurs jeunes entre 18 et 21 ans. C'est important pour eux, c'est eux l'avenir ! Ils prennent de la confiance au contact des doyens et se retrouvent en face des meilleurs effectifs de la région. 

Qu’a-t-il manqué pour inquiéter les leaders (Mosson et St Estève) ? 

L'important était d'aller chercher les matchs décisifs pour le maintien, mais nous nous étions dit que si nous pouvions prendre "un gros" à domicile, nous le ferions. Le championnat n'était pas simple; Toulouges descendant de N2, Mosson et St Esteve annoncés comme les grosses écuries. Les noms annoncés dans ces équipes là, faisaient rêver à l'inter-saison. Nous savions que ça ne serait pas simple face à eux, nous avons fait de notre mieux, parfois nous avons tenu une mi-temps.

Que faudrait-il pour que Pérols puisse envisager une montée en Nationale ? Idem pour réussir à s’y maintenir au lieu de faire un passage éphémère, voire dommageable pour la pérennité du club ?

Seul, c'est clairement trop coûteux et risqué financièrement pour prendre ce risque. La montée en Nationale, beaucoup de clubs de la Région la veulent, peu l'ont ! Le risque est de faire le "yoyo" et c'est très compliqué à vivre.

J'espère qu'un jour nous verrons un projet de club Nationale 1 Masculine pour la Métropole. Nous pourrions alors en faire partie. Le vrai projet durable est dans cet objectif de rassemblement. 

Le pire match de la saison ? 

J'opte pour celui face à Narbonne [concurrent direct de Pérols pour la 5ieme place] à la maison. Compliqué de prendre le large, et finalement le sort du match nous glisse entre les doigts. 

Le meilleur match de la saison ?

Pour moi, c’était la réception de Mauguio, un peu le "derby local" et franchement les gars ont fait un sacré match. [Victoire de Pérols : 76-67]

Quelles seront les objectifs sportifs pour la saison prochaine ?

Il me faut rencontrer le coach pour discuter un petit peu, même si les grandes lignes seront identiques à celles de cette saison; pour moi ça reste la construction d'un groupe sérieux avec les petits jeunes dans le projet. Il n'y a pas de raison que l'on ne fasse pas un parcours similaire ou presque.

Enix basket Pérols

--- CLUB ---

La pérennité du club est-elle assurée dans les catégories jeunes ?

Aujourd'hui le club accueille des jeunes de 5 ans jusqu’au séniors en masculins. Le groupe filles s'étoffe... nous espérons le voir grandir encore et encore. Certaines équipes de jeunes jouent en niveau 1 départemental (U13M et U15M) cela veut dire que l'on bosse bien dans ces catégories. 

Nous nous efforçons de faire jouer au maximum les jeunes à un niveau intéressant. Certains sont surclassés dans la catégorie supérieure ce qui permet un travail intéressant sur la formation. On a des jeunes intéressants mais ce qui reste le plus important est le plaisir pour eux à venir au basket, à vivre ensemble dans et autour de ce sport. Nous ne proposons pas non plus que du sport, les éducateurs du club en font aussi des jeunes responsables, car nous les voyons beaucoup aux tables de marque, investis dans les événements et la vie du club... ça c'est la base ! 

Nous arrivons à mobiliser des parents, des bénévoles, on essaie de structurer les choses, ça devient un "club famille". J'en profite pour remercier les 6 personnes qui m'accompagnent dans l'admnistration du club, sans eux ça ne serait pas pareil. 

Si tu avais la lampe d’Aladin, que demanderais-tu au génie pour le club ?

Que demanderai-je ? J'ai donc droit à 3 vœux !
1- Quelques équipes de filles en plus.
2- Des paniers, des victoires, des émotions, des joies...
3- … je le garde pour plus tard, on ne va pas être trop gourmand !

Qu’elles seraient tes doléances auprès de la Marie, si tu en as ?

Je remercie la municipalité, Monsieur le Maire et son adjoint délégué aux sports, Monsieur Olivier Boudet, pour leur confiance et leur soutien, sans eux l'aventure Pérols Basket ne serait pas possible. Rien de particulier à leur demander, si j'ai besoin d’eux, je sais que je suis toujours le bienvenu pour les rencontrer.

Quelque chose à rajouter pour conclure ?

Merci à tous ceux qui nous font confiance et nous soutiennent. Pour conclure, je rajouterai que je suis très honoré de présider ce club qui compte aujourd'hui 225 licenciés. C'est un vrai plaisir de porter et défendre les couleurs de Pérols. 

PS : N’oubliez pas DIMANCHE 1er JUILLET, la fête du club pour tous les adhérents et leurs familles !
10h30 à 12h : Plateau extérieur la Tour, rencontres parents/enfants et matchs inter-licenciés (si beau temps!)
12h15: Apéritif convivial et repas commun à la salle Kuyten (en face Cave Coopérative)
Pour des questions d'organisation nous vous demandons de venir avec une entrée ou un dessert et de bien vouloir nous transmettre les informations du coupon-réponse avant le 29 juin.

--------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

La Ride Academy de Pérols

Ride Academy Kitesurf Pérols

Les beaux jours arrivent (cette fois, ça semble acquis) et les activités de plein air avec. L’occasion de découvrir le Kitesurf à Pérols avec l’ancien champion du monde, Seb Garat, patron de la Ride Academy.

Depuis quand as-tu lancé cette école et pourquoi avoir choisi Pérols ?

J’ai lancé mon école début 2016, en tant qu’école itinérante, puisque je n’avais pas encore de bateau. Puis l’an dernier, tout s’est enchainé… J’ai d’abord acheté un bateau, puis comme j’habite maintenant à Pérols, j’ai eu l’opportunité d’avoir une place dans le Canal. 
J’ai toujours voulu m’installer à Pérols, c’est un endroit stratégique pour la pratique de notre sport. En sortant au port de Carnon, on est juste au milieu de tous les spots. En faisant 10km vers l’Est, on a l’Espiguette et sa grande plage de sable, et en allant de l’autre coté, vers les Aresquiers, on a quelques kilomètres de plage idéalement orientée pour le vent de Nord / Nord Ouest. 
Et puis, à Pérols, je suis la 1ère école de Kite de la Métropole, et les clients peuvent potentiellement venir en Tramway, ça laisse la possibilité à des jeunes qui ne sont pas véhiculés de venir pratiquer.

Es-tu seul ou il y a d’autres moniteurs ?

J’ai commencé seul la saison dernière. Cette année, l’équipe s’agrandit avec un Moniteur qui vient d’être diplômé, et un stagiaire en formation. 

Parle-nous de la clientèle ! Ce sont plutôt des gens expérimentés, des curieux, des jeunes,…. ?

J’ai un peu de tout. Disons que le Kite est à la mode dans la région. Le nombre de pratiquants ne cesse de grandir, et je pense qu’il y a vraiment un effet boule de neige. C’est un sport plein d’a priori, du style « c’est trop physique » ou « c’est trop compliqué ».  Le haut niveau demande de l’exigence, et de l’entraînement effectivement. Mais pour commencer à glisser et s’amuser en sécurité, pas besoin de conditions physique particulières, il faut simplement savoir nager et être suffisamment à l’aise dans l’eau. 

A l’école, j’ai donc de tout, pas mal de filles, des jeunes, des touristes de passage, parfois des gens autonomes qui recherchent un coaching, ou l’apprentissage d’un nouveau support comme le Foil.

Seb Garat Ride Academy

C’est quoi les meilleures conditions météorologiques pour apprendre le Kitesurf ?

Pour apprendre le Kite, il faut du vent. Mais pour devenir un expert en Kite, il faut connaître toutes les conditions météo que l’ont peu potentiellement rencontrer. 
Le mieux pour apprendre, c’est un vent de 15-20 noeuds, avec un plan d’eau complètement plat.

Combien d’heures faut-il pour commencer à se débrouiller seul en Kite ?

En moyenne, il faut 4 à 5 sessions pour commencer à glisser. Après tout dépend du background sportif de chaque personne ! Il ne faut pas se focaliser sur un nombre de sessions. L’important c’est de progresser à son rythme, et surtout, prendre du plaisir à chaque étape.

Peux-tu nous détailler ta prestation ; elle comprend quoi (équipement, licence assurance, cours,…) ?

Ma prestation (1 cours de 4h), comprends tout l’équipement nécessaire à la pratique (Combinaison, Harnais, Gilet, Casque, Radio, les Ailes et les Planches), le transport en bateau sur le spot de pratique, le carburant, le bateau pour travailler la glisse si le vent fait défaut. 

Avant de commencer les cours, il faut souscrire une « Licence Ecole FFV » qui fait office de licence/assurance et qui couvre l’élève dans la pratique école, pour 11€.

J’ai vu que tu proposais aussi le paddle comme autre activité de loisir, c’est cela ?

Oui, la Ride academy, c’est une « Ecole de Glisse » ! En gros, on peut apprendre et pratiquer tous les sports qui sont aussi ceux que je pratique. J’ai quelques SUP (Stand Up Paddle), mais pour l’instant, je ne peux pas les stocker devant mon bateau, là ou j’aimerai avoir une vrai « Ecole de Glisse » avec un lieu d’accueil, de vie, et de stockage du matériel.

Quelque chose à rajouter ?

N’attendez plus, réservez vos cours de Kite à la Ride Academy ! Plaisir et Progression assuré ;-)

Merci d'avoir répondu à mes questions.

Tel : 06 37 52 55 67


---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier