Derniers articles

Affichage des articles dont le libellé est Histoire. Afficher tous les articles

11 novembre 2020 : une commémo en portraits


Hommage, en 23 portraits choisis, à nos braves tombés pendant la Grande Guerre (dont 3 Croix de Guerre) – Extrait du Livre d'Or publié en 2018 par la Maire de Pérols.

René Jean-Baptiste Joubert - Pérols

Auguste Granier – Pérols

Léoplod Joubert – Pérols

Pierre laporte – Pérols

Joseph Planchon – Pérols

René Jean-Baptiste Joubert – Pérols

Léon Sagnes – Pérols

Marcelin Valadier – Pérols

Jean velay – Pérols

Antonin alric – Pérols

Jean Aubert – Pérols

Jean Aygalin – Pérols

Charles Azema – Pérols

Cyprien Baraquié – Pérols

Raoul Bousquet – Pérols

Louis Daucan – Pérols

Jean Delmas – Pérols

Marius Delmas – Pérols

Emile Pansanel – Pérols

Jean Pioch – Pérols

Julien Alric – Pérols

Marius Delmas – Pérols

Léon Naud – Pérols

---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Ambiance Halloween : les croyances populaires à Pérols

Tradition à Pérols

A l’approche d’Halloween ("Martror" dans le Languedoc), penchons-nous sur les peurs ancestrales à Pérols !

Figurez-vous qu’il existe un témoignage bien précis d’un voyageur du début du 19e siècle ! S’il insiste sur les superstitions des péroliens de l’époque, en ayant visité l’Hérault de fond en comble (343 communes du département, les hameaux et les écarts) pour écrire son "Guide du voyageur dans le département de l'Hérault" en 1837, c’est qu’elles devaient être prégnantes. Voici son témoignage :
" (...) Les habitants de ces cantons, comme la plupart de ceux du département, sont très superstitieux. Ils croient aux fées, aux revenants, aux dracs, espèces de bons et mauvais génies en usage dans le pays ; aux sortilèges, aux exorcismes, aux jours malheureux, aux fadaises de toute nature ; enfin, à tout ce que vous voudrez. (...) "
Jean-Marie Amelin Hérault
____________

Jean-Marie Amelin est né en 1785 à Versailles. Il obtint un poste de professeur de dessin à Montpellier en 1816. En 1847, il est fait chevalier de la Légion d’Honneur. Il a consacré de longues années à la rédaction de son œuvre : « Guide du voyageur dans le département de l'Hérault, ou esquisse d'un tableau historique, pittoresque, statistique et commercial de ce département ». Utile aux érudits, aux curieux, à tous ceux qui souhaitent mieux connaître le passé de leur commune. Il a lui-même visité chacune, pour nous en donner la description. Il a étayé ses notices par des documents puisés aux sources de l'histoire, dans lesquels resurgissent les détails oubliés du passé des villes et des villages.
____________

Cernés par les eaux, décimés par les épidémies à répétition, les péroliens avaient forcement développé des exutoires, dont beaucoup sont issus du folklore régional.

- Le Drac en Languedoc, n’était ni plus ni moins que le Diable, pas griffu et cornu, trop connu de tout le monde pour oser se montrer ainsi, mais sous une de ses nombreuses formes moins repoussante afin de tenter les gens, ou simplement leur faire des malices.

- La fée était l’esprit aguicheur pour noyer ceux qui traînaient trop prés des eaux des étangs sans raisons.

- Le basilic (corps de loutre, une tête d’homme) qui attirait les enfants du Languedoc se penchant trop pour regarder au fond des puits.

- La Cachaviélha (fusion du mot "cauchemar" et "vielle"), sorte de vielle sorcière de la région qui venait vous étouffer dans votre sommeil.

- Le Matagot, un esprit corrupteur s’incarnant dans une bête de compagnie qui assure à son propriétaire la richesse terrestre en échange de sa damnation éternelle après la mort.

- La Marrochina (mélange de bélier et de chienne) qui vous sautait sur le dos pour vous dévorer dans les chemins perdus.

Vous avez là de quoi calmer vos enfants pour Halloween ! Nul besoin d'aller chercher les légendes d'ailleurs, on a les nôtres.

---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Le village primitif de Pérols

Vieux village de Pérols


À nouveau une carte, forte instructive, glanée sur le web. C'est n'est pas la plus ancienne carte connue (>> voir notre autre article) mais peut-être la plus ancienne qui détaille l'aspect du village primitif (voir en bas de l'article). 

Certes le dessin du cartographe de l'époque est un peu schématique et grossier, mais il situe parfaitement l'urbanisation primitive en haut de l'actuelle "Grand Rue", anciennement "Chemin de Montpellier à Pérols", 

L'église actuelle n'existait toujours pas. A sa place une petite église de style probablement roman-languedocien comme sa sœur de Lattes, suivi de l'ancien cimetière déplacé (avec la construction de la nouvelle église). 

On est aux alentours de 1780 car le Canal Rhône-Sète est partiellement achevé. Il est légitime d'hypothèser que cet configuration n'avait pas bougé depuis deux siècles, exceptées quelques maisons de moins en contre-bas de la "Grand Rue". Pour rappel, la population ne dépassait pas les 500 habitants, réduite de moitié lors des épidémies de paludisme à cause des étangs à proximité.

Vieux village de Pérols

--------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Pourquoi une nouvelle cloche à Pérols ?

 Marie Sixtine


La relation entre le maire de Pérols et son église, propriété de la commune, c’est avant tout une histoire de sueurs froides à répétition.

Le premier maire à faire des nuits blanches fut Jean Arnassan (en 1873), 5 mois à peine après l’inauguration de l’église, car le clocher se lézarde et un éboulement de pierres s’est produit. 14 ans plus tard (en 1887), c’est le maire Jean Ardisson qui tire la sonnette d’alarme car des pierres de taille des contreforts du clocher menacent de tomber. Un demi-siècle plus tard (en 1928), le maire Pierre Valadier est en panique car la charpente qui soutient la toiture menace de s’effondrer ! 

Notre maire actuel n’a pas été épargné. Déjà en novembre 2017, il est obligé d’engager des travaux sur le tympan qui donne des signes de fatigue. L’occasion d’installer un médaillon en ornement pour combler le vide de l’ancien disparu. 

Rebelotte cet été, à la suite d’une inspection inopinée, où il apprend que le madrier du beffroi soutenant la cloche n’a jamais été installé dans le bon sens, occasionnant au fil du temps des fissures sur les structures du clocher. Obligé de faire des travaux en urgence. L’occasion, là aussi, de soulager l’ancienne cloche de 600 kg par une plus petite de 330 kg. Son nom : Marie Sixtine, en hommage à Marie et au Saint Patron de notre commune. Avec un son plus aigu et moins puissant, elle servira d'alternative ; premier test le 1 novembre avant la messe de la Toussaint. 

La mairie a évidemment optée pour le “Made in France” avec la maison Bodet et ses 150 ans d’expérience. 

Comme le veut la tradition de l’épigraphie campanaire, sont gravées sur la cloche les mentions religieuses, les parrainages et les ambassadeurs du projet (le maire du moment, au titre de la commune + le curé du moment, l’affectataire des lieux). Jean-Pierre Rico rejoint donc son homologue maire – et semi homonyme – Jean-Marie Arnassan dont le nom a été gravé sur le première cloche en 1872.

Rendez-vous pour le baptême de la cloche, 
en présence de l'Archevêque Métropolitain
dimanche 4 octobre à 16h30


Horaires cloches à Pérols

--------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Histoire : Pendant 145 ans, Pérols a été espagnole !


Au chapitre des faits historiques de notre commune, celui-là est sans doute le plus singulier !

On est au début du 13e siècle, Pérols fait partie de ce que l'on nomme le "territoire compris entre l'Hérault (le fleuve) et le Virdoule". Un ensemble que se disputent le clergé de Maguelone et les comtes de Mauguio. Ce sont finalement les évêques de Maguelone, déjà propriétaires du Montpellieret (la banlieue de Montpellier), avec le soutien du Pape, qui vont gagner la partie. 

Mais un 3ième larron fait son apparition, un Roi espagnol d'Aragon - et Comte de Barcelone - Pierre II d'Aragon qui épouse en 1204 Marie de Montpellier et s'octroie la ville de Montpellier, mais aussi ses alentours dont Pérols, après des tractations fructueuses avec le clergé de Maguelone (le Pape étant le grand protecteur de Marie de Montpellier, ça aide !).

Dés lors, sur le port de Pérols, principale activité économique de notre village, on voit apparaître une nouvelle monnaie, le "marc barcelonais" à côté de l'ancienne, le sol mélgorien. Des lieutenants espagnols du Roi à l'accent arago-catalan sont de plus en plus présents au port pour veiller à la collecte des taxes sur les marchandises déchargées. Les lois et ordonnances qui régissent la vie de Pérols, comme à Montpellier, viennent pour l'essentiel d'Espagne.

Ça va même être un âge d'or pour Pérols ! En effet, le port concurrent de Lattes décline à cause de l'ensablement. Pérols devient donc la solution de rechange pour approvisionner Montpellier. Et comme on est en pleine période de gloire du Royaume d'Aragon, maître d'une partie de la Méditerranée (Majorque, Naples, Sicile, Sardaigne, Corse, Athènes,...), Pérols en profite largement.

Mais la France n'est plus une priorité de la couronne d'Aragon qui abandonne ses possessions languedociennes. En 1349, elle vend la seigneurie de Montpellier au roi de France Philippe VI : Montpellier devient possession de la couronne de France, tout comme Pérols.

--------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Triste anniversaire : il y a un an, 2000 ans d'histoire de Pérols disparaissaient !

Vin à Pérols

Les vendanges de ce mois de septembre 2020 marquent les 1 an d'un triste anniversaire : celui de la fin d'environ 2000 ans d'une activité ancestrale à Pérols : le vin !

En effet, pour la seconde fois, le dernier raisin de Pérols n'ira pas dans une bouteille de vin pérolienne, mais dans une coopérative ailleurs. Plus grave, il se peut même que la dernière vigne de Pérols soit arrachée l'an prochain, faute d'utilité.

En cessant son activité, en juin 2019, dans l’indifférence générale, le Domaine Saint-Jean de la Pailletrice a scellé une grande page d'histoire du village. C'était le dernier vigneron de la commune, propriétaire de la dernière vigne de Pérols. Quant on songe que son vin (appellation VDP Pays l’Hérault avec le label IGP départemental) était encore primé, il y a 6 ans (Féminalise 2014)... triste !

Si Pérols a acquise sa renommée par la pêche de ses étangs, elle a surtout prospéré grâce à sa vigne. Il fut un temps où la Saint Miquélade (Saint-Michel), fête des vendanges le 29 septembre, était aussi importante que la Saint Sixte II. La terre pérolienne, très caillouteuse, n’est pas très favorable à l’agriculture, par contre elle était appropriée pour la viticulture. Très tôt, Pérols s’est dédiée au vin. La vie du village était totalement rythmée par ce dernier avec tous les métiers connexes. Regardez les anciennes photos de Pérols au début du 20e siècle, vous verrez un village noyé au milieu des vignes ! Un témoignage de cette époque vinicole fastueuse subsiste à travers l’énorme bâtiment de l’ancienne coopérative des "Crus de Pérols 1950" avec sa tour presque aussi haute que celle de l’église.

Vigneron à pérols

Vigne à Pérols

--------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Fin août 1944, c’était la libération de Pérols !

Pérols sous l'occupation

Mais au fait, comment s’est déroulée la libération de Pérols de l’occupation nazi (novembre 1942 à août 1944) ?

Le 11 novembre 1942 (jour anniversaire de l’armistice de 1918, en guide d’humiliation) Hitler rompt celui passé avec le Maréchal Pétain deux ans plus tôt, et envahit la zone libre du sud de la France. En fin de journée se présentent donc sur le parvis de la mairie de Pérols des camions garnis de soldats en uniformes feldgraude de la Wehrmacht.

Une occupation de Pérols qui revêtait un intérêt stratégique majeur, puisque c’est à proximité du Port de Pérols, plus exactement au pont reliant Carnon, que le carburant venant de Sète par le Canal du Midi est acheminé à l’aéroport de Frejorgues par camions pour les bombardiers allemands. 

Deux anneés d’occupation pendant lequel le millier d’habitants du village va devoir se soumettre aux restrictions et, ici comme ailleurs, faire profil bas face à des soldats au comportement d’occupants en vacances, trop heureux de ne pas être sur le Front de l’Est. 

Nazis à Palavas
Soldats allemands à Palavas

Pourtant, un beau jour de fin août 1944, les allemands s’évaporent subitement des alentours de Pérols sans perte ni fracas, laissant derrière eux une partie de leur armement (notamment dans les blockhaus des hauteurs de Lattes qui servaient de défense anti-aérienne). En effet, 5 jours avant, 250 000 alliés venaient de débarquer à l’Est du Rhône (Débarquement de Provence) et risquaient d’arriver. Particulièrement un certain Général français qui passait souvent par Pérols pour rejoindre son école de cadres de l’armée à Carnon (Petit Travers). Il avait déserté l’armée de Vichy pour celle de DeGaulle après l’invasion de la zone libre, ce fameux 11 novembre 1942. Son nom : Jean de Lattre de Tassigny. C’est lui qui présidera aux cérémonies de la Libération de Montpellier, le 2 septembre 1944.

Aujourd’hui encore on se demande comment Pérols, coincée entre un aéroport de la Luftwaffe et un site stratégique d’une station radar à Lattes (>>  voir notre article) a pu échapper aux bombardements ? Peut-être qu’une partie de la réponse se trouve dans le fait que les allemands n’ont jamais choisi Pérols pour y installer un Quartier Général de commandement (Mairie ou Château en haut de la Grand Rue).

Ce sera la seule occupation physique de toute l’histoire de Pérols par une armée étrangère.

--------- Pérols ----------

[...] Lire l'article en entier

Confirmé ! Pérols était bien un lieu historique prédominant

Histoire de Pérols

Cette fois, on pense avoir trouvé le graal en termes de carte géographique. Ca va être dur d’en trouver une plus ancienne qui soit du domaine public. La plus vielle carte géographique mentionnant notre village (>> voir notre ancien article) remontait à 1650. Celle-ci est datée de 1640, mais sûrement plus ancienne dans sa conception (et pas sa publication) au vu des noms.

La grande nouveauté est le nom de Pérols orthographié "PERAUT" et même "PERAUD" pour l’étang attenant. Les plus anciens noms répertoriés étaient jusqu’alors : "PEROTZ" ou "PEROTS". Pas étonant pour des époques où l’oral primait sur l’écrit, le géographe devant se contenter de la prononciation fluctuante des locaux dans un Royaume de France où les patois locaux étaient encore la norme.

Une confirmation cependant : Pérols était bien un lieu majeur au sud de Montpellier. Ni Lattes, ni Palavas n’y figurent. À l’est de Montpellier (entre Lez et Salaison), seuls Castelnau et Pérols forment des bourgs d’importance.

Autre confirmation : la renommée de Pérols est attestée par le nom que portait le gigantesque étang qui allait de Maguelone jusqu’au sud de Lunel.

--------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Révolution française : Pérols change de nom

Cosme Lapadus

Allez savoir ce qu'il s'est passé dans la tête de la poignée de révolutionnaires locaux du moment pour débaptiser Pérols et nous dénicher ce nom de "Cosme-Lapalus" !!!

On comprend leur logique anti-chrétienne de virer les mots "Saint" ou "Sainte" des noms de communes, mais pour "Pérols", on ne voit pas ! La meilleure hypothèse pencherait vers une référence à un nom d'un leader révolutionnaire du coin, sûrement l'initiateur du projet.

Une certitude, Pérols a subi là une punition, prouvant la haine que les révolutionnaires acharnés de l'époque lui portaient. Trop conservatrice, trop fédéraliste (régionaliste), trop girondine (gauche provinciale de terroirs),... qui sait, peut-être trop chrétienne ?

On est le 25 vendémiaire 1793 (oui, dans leur délire, même le calendrier a été modifié !!!), l'Assemblée Nationale de l'époque passe aux mains des ultras révolutionnaires (les Montagnards) trouvant le processus de la révolution trop mou, et mettent en place un régime dictatorial (La Terreur). La suite est dans les livres d'histoire avec la chute de leur dictateur en chef (Robespierre et sa milice des Sans-Culottes) et un retour à plus de normalité.

Rajout : erreur de notre part, on a modifié : c'est Lapalus et non Lapadus... Tellement ce nom n'évoque rien, on s'emmêle les pinceaux ! 

--------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Histoire : dimanche de Pentecôte à Pérols

Consul des mers à Pérols

Le dimanche de Pentecôte a longtemps eu une place particulière à Pérols, date d’une coutume locale durant laquelle devait être désigné le premier magistrat du village. 

Après l’église, où on célébrait l’intronisation par le Saint-Esprit des apôtres du Christ (Pentecôte), les notables du village se réunissaient ensuite pour introniser le premier magistrat du village. 

A l’époque, on ne parle pas de "Maire" ni de "Conseil Municipale" mais de "Premier Consul" et de "Consulat". Contrairement à d’autres endroits du Languedoc, le Premier Consul n’est pas élu par le suffrage des habitants, mais nommé par le Consulat (assemblée de notables et chefs de familles). Il entre en fonction pour un an et ne peut se représenter l’année suivante. Une fois élu, il reçoit le fameux chaperon rouge symbole tangible du pouvoir communal (équivalent à l’écharpe tricolore actuelle). 

Il faudra attendre mai 1696, suite à la création d’office de Maire par Louis XIV en août 1692, pour la nomination du 1er Maire de Pérols : Ignasse Estelle. Suivront d’autres, dont un certain Vitou en 1772, nom désormais célèbre à Pérols.

Maire et Premier Consul cohabiteront jusqu’à la Révolution française de 1789. Aprés seul le Maire,  élu au suffrage direct par les contribuables, détiendra l’autorité sur une commune.

--------- Pérols ----------

[...] Lire l'article en entier

Histoire : la machine à remonter le temps de Pérols

Histoire de Pérols en photo

Perolsblog a inventé une machine à remonter le temps à coup de logiciel de graphisme. On a pris la plus vielle photo aérienne connue de Pérols, des infos historiques,... et c’est parti ! Appréciez le résultat ! 

En l'an 100 (fin de l'antiquité) :
Pérols est encore un endroit marécageux peu peuplé.

En 1500 (moyen-âge) :
Pérols devient un bourg autour d'une chapelle.

En 1800 (début de l'aire industriel) :
Pérols compte 500 habitants.

En 1950 (fin de la 2nd Guerre Mondiale) :
Pérols arrive au millier d'habitants.

Vieux Pérols aujourd'hui en 2019
(noyé au milieu des quartiers résidentiels) :

total de la population = 9202 habitants.

---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Histoire : quand le port de Pérols était presque dans le village !

Port de Pérols autrefois

L’emplacement actuel du port ne date en réalité que d’un siècle et demi. Les dix siècles précédents, il se situait au pied du village, en bas de la Grand Rue. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les vielles cartes historiques publiques, la dernière datant de 1826 (plan cadastral napoléonien).

Rue du Radel à pérols
Emplacement de l'ancien port

Ce port portait le nom de "Radel", il a d’ailleurs donné son nom à la rue où justement il se situait autrefois.

"Radel" vient du mot "radeaux" parce que les bateaux l’empruntant en avaient la forme avec leur fond plat dans cet environnement peu profond. Les bateaux avec des coques plus prononcées accostaient dans l’autre port de Pérols, le Port Saint-Vincent (ou Port du Mas rouge), disparu depuis, prés de l’actuel parcours de santé.

C’était un port de forme arrondi relié à l’étang de l’Or par un canal, toujours visible sur Google Map de l’autre côté de la D66. C’est là qu’étaient débarqués les tonneaux et barriques pour être acheminés vers Montpellier par la route principale traversant le village dont il était séparé d’environ 500m. Avec le temps et le recul des eaux, le port sera déplacé ensuite plus bas vers la pointe.  

Il ne reste aucun vestige de ce port. Par contre, on peut encore voir une partie du canal d’accès au port sur le bord de la piste cyclable, au niveau des barrières en métal. 

Sans ce port, et ses bienfaits commerciaux, Pérols n’aurait jamais existé… ou ailleurs.

Ancien port de Pérols
Vestige du canal vers le Port du Radel
Rajout pour clore toute fausse polémique : Cette reconstitution reste une hypothèse et n'est absolument pas une certitude historique vérifiée. Je me suis basé non seulement sur le cadastre napoléonien, mais aussi sur l’hypothèse offerte par Isabelle Laborie (Historienne des Arts et des Civilisations, Membre du CNRS) dans son livre, "Pérols et ses Ports" dont je joins la carte. J’ai cautionné sa reconstitution car elle corrobore le bon sens topographique. En effet, la Rue du Radel est la principale zone inondable la plus proche du village primitif. Il serait curieux que les premiers habitants n’aient pas utilisé cette voie d’eau naturelle pour circuler et préféré s’embarrasser d’un déchargement plu lointain. 
De plus je parle bien d’un port primitif du Haut-Moyen Âge, voire du Moyen-Âge central. Il est fort possible que le port ait reculé avec le temps. Tout vestige existant restant celui de son époque et pas forcement de celle d’avant. 

Carte de Isabelle Laborie (Historienne des Arts , Membre du CNRS)
dans son livre, "Pérols et ses Ports"


---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier

Patrimoine de Pérols à réhabiliter : la Noria

La Noria de Pérols

Toujours au chapitre des trucs devant lesquels on passe tout le temps sans même soupçonner leur existence, ce patrimoine historique de Pérols invisible aux yeux des non avertis. 

Vous passez obligatoirement devant si vous circulez sur l’avenue Marcel Pagnol, elle est juste après le rond point avec la route de Lattes, à gauche en direction de Montpellier (devant le n°356). La toponymie étant bien faite, ce rond point porte justement le nom de "giratoire de la Noria", tout comme le bureau de poste non loin baptisé "bureau de Poste de la Noria".

Une noria est un mécanisme hydraulique permettant de remonter l'eau d’un puits pour irriguer les cultures. Le mot est un emprunt de l’arabe par les espagnols aux maures. La noria de campagne était actionnée par un animal, souvent un mulet, à qui l'on bandait les yeux la durée souhaitée, et qui était attelé à une barre d'entraînement.

Difficile de la dater mais on voit bien d’après les pièces forgées qu’elle remonte probablement à la fin du XIXème/début XXème. Elle irriguait probablement un endroit sec comme le trahit le nom du quartier : "Cantegril" (là où "chantent les grillons", hors le biotope du grillon est ensoleillé, sec et peu pourvu de végétation).

Dommage que ce vestige du passé rural, honoré par des générations entières, ne soit pas mis plus en évidence, sur un rond point par exemple, cela aurait plus de gueule que son emplacement actuel totalement enclavé.

---------- Pérols ----------
[...] Lire l'article en entier
Boutique du Languedoc.