Publicité


Histoire : Pendant 145 ans, Pérols a été espagnole !


Au chapitre des faits historiques de notre commune, celui-là est sans doute le plus singulier !

On est au début du 13e siècle, Pérols fait partie de ce que l'on nomme le "territoire compris entre l'Hérault (le fleuve) et le Virdoule". Un ensemble que se disputent le clergé de Maguelone et les comtes de Mauguio. Ce sont finalement les évêques de Maguelone, déjà propriétaires du Montpellieret (la banlieue de Montpellier), avec le soutien du Pape, qui vont gagner la partie. 

Mais un 3ième larron fait son apparition, un Roi espagnol d'Aragon - et Comte de Barcelone - Pierre II d'Aragon qui épouse en 1204 Marie de Montpellier et s'octroie la ville de Montpellier, mais aussi ses alentours dont Pérols, après des tractations fructueuses avec le clergé de Maguelone (le Pape étant le grand protecteur de Marie de Montpellier, ça aide !).

Dés lors, sur le port de Pérols, principale activité économique de notre village, on voit apparaître une nouvelle monnaie, le "marc barcelonais" à côté de l'ancienne, le sol mélgorien. Des lieutenants espagnols du Roi à l'accent arago-catalan sont de plus en plus présents au port pour veiller à la collecte des taxes sur les marchandises déchargées. Les lois et ordonnances qui régissent la vie de Pérols, comme à Montpellier, viennent pour l'essentiel d'Espagne.

Ça va même être un âge d'or pour Pérols ! En effet, le port concurrent de Lattes décline à cause de l'ensablement. Pérols devient donc la solution de rechange pour approvisionner Montpellier. Et comme on est en pleine période de gloire du Royaume d'Aragon, maître d'une partie de la Méditerranée (Majorque, Naples, Sicile, Sardaigne, Corse, Athènes,...), Pérols en profite largement.

Mais la France n'est plus une priorité de la couronne d'Aragon qui abandonne ses possessions languedociennes. En 1349, elle vend la seigneurie de Montpellier au roi de France Philippe VI : Montpellier devient possession de la couronne de France, tout comme Pérols.

--------- Pérols ----------

0 commentaires: