Publicité


Le plus grand scandale d’argent public gaspillé à Pérols éclate !

Gymnase Collette-Besson Pérols

L’affaire est cocasse car ce n’est ni une enquête journalistique, ni une plainte, ni un examen d’une Chambre Régionale des Comptes à l’origine de la révélation de ce scandale sans précédent, mais la pluie ! 

Le record des précipitations de l’hivers derniers (+264% en janvier, +151% de février, +206% en mars) ont joué un effet révélateur inattendu sur cette gigantesque gabegie dissimulée qu’était en réalité le Gymnase Collette-Besson. Un mois avant, nul ne se doutait de l’ampleur des vices cachés, même le Maire actuel nourrissait des projets pour ce complexe.

Contribuables péroliens accrochez-vous bien, on parle là de 6,3 millions d’euros jetés par les fenêtres, presque 1/3 du budget de la commune ! ! ! Le chiffre pourrait même grimper s’il fallait payer une démolition.

Un gymnase, vous ne l’avez certainement pas oublié, responsable pour une partie de la fameuse hausse de 36% de la part communale des impôts locaux, celui dont le rapport de la Chambre Régionale dénonçait "L’absence de réel pilotage de l’investissement a ainsi eu des conséquences négatives sur la situation financière de la commune...".

Les envolés scripturales dans l’ancien journal municipal ventant "une structure stable et durable...", le choix d’un matériel participant "à la robustesse de l’ensemble, la stabilité et l’inertie forte du projet..." ont aujourd’hui des allures tragi-comiques. 

Personne n’a oublié aussi la livraison presque synchronisée du gymnase la veille d’une campagne pour l'élection municipale. 

Pour couronner le tout, le choix du gros œuvre s’était porté sur une entreprise située à 90 km (Alès) qui a fait faillite depuis.

Mais les protagonistes dans ce dossier peuvent dormir tranquilles, les inquisiteurs associatifs de la mauvaise gestion des finances publiques à Pérols ont d’autres chats à fouetter, probable même qu’ils accusent de façon détournée le Maire actuel, élu municipal à l’époque, d’être co-responsable. Tant qu’à faire !

--------- Pérols ----------

0 commentaires: